Crash d'hélicoptère à N'Gokro : Les villageois portent secours aux soldats français, aucune perte en vie humaine.
0
 

Écouter
Crash d'hélicoptère à N'Gokro : Les villageois portent secours aux soldats français, aucune perte en vie humaine.

Crash d'hélicoptère à N'Gokro : Les villageois portent secours aux soldats français, aucune perte en vie humaine.

RTI Info / Frédéric Goré-Bi | Lu 283 fois | Publié

Un hélicoptère de type Gazelle de l'Armée française en mission de reconnaissance dans la région d’Alépé, a terminé son vol dans le fleuve Comoé après avoir percuté un câble électrique dans la journée du mardi 9 janvier 2018. Les trois militaires français, occupants de l’appareil, s’en sont sortis indemnes.

L’équipage de l’appareil survolait la zone pour faire des repérages en vue d’un exercice conjoint entre les Forces Armées de Côte d’Ivoire et le 43e Bataillon d'Infanterie de Marine (43e BIMA). Volant à très basse altitude, l’hélicoptère va malencontreusement percuter un câble électrique au moment où il a voulu prendre de l'altitude. Il va se retrouver dans la Comoé aux environs de 16h30. Le bruit assourdissant provoqué par le crash, alerte les populations du village de N’Gokro qui spontanément vont porter assistance aux militaires français qui essayaient de regagner la rive sud à la nage.

L’hélicoptère a fortement endommagé le réseau électrique qui alimente le villade de N’Gokro, près d'Alépé. La fourniture en électricité dans le village et ses environs est interrompue depuis la chute de l'alouette.

Les soldats français du 43e BIMA alertés, vont se déporter sur les lieux vers 20 heures. Un dispositif sécuritaire est installé, des patrouilles sur le long du fleuve dans des hors-bords sont effectuées en attendant que les machines soient acheminées sur le lieu du crash pour le retrait de l’épave de l’appareil qui se trouve trois mètres sous les eaux.

Le mercredi, les plongeurs des sapeurs pompiers militaire de la caserne de Marcory Zone 4, conduits par l'adjudant Asabaly sont arrivés à 15h sur le lieu du drame avec pour misision de vérifier que l'hélicoptère qui est sous les eaux est bel et bien celui qui appartient à l'armée française et qui s'est crashé, de s'assurer que l'appareil est entier et déterminer sa position exacte. Ces informations des plongeurs ivoiriens devraient permettre aux experts enquêtereurs qui arrivent jeudi en provenance de la France, de déterminer les circonstances exactes de l'accident dans le cadre d'une enquête de sécurité ouverte à cet effet.

"La France va participer à la réparation des dégâts causés par l'hélicoptère" indique le Capitaine Maxime du 43e BIMA avant d’ajouter qu’il "salue la participation active des forces ivoiriennes locales et les villageois de N’Gokro qui ont apporté leur aide dans une ambiance cordiale".

Pour rappel, le 43e Bataillon d'Infanterie de Marine est un corps des troupes de marine stationné à Port-Bouët, au sud-est d'Abidjan, en Côte d'Ivoire. Créé le 1 juillet 1978, le Bataillon fait partie des Troupes Françaises stationnées en Côte d'Ivoire (TFCI).

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 

En continu

Venezuela : Maduro réélu jusqu'en 2025, ses opposants rejettent les résultats

Tchad : des opposants libérés après deux mois de détention au secret

Mali : au moins 12 civils tués dans un incident impliquant l'armée malienne

Soudan : L’ONU déplore les affrontements dans l'ouest du pays

Kenya : Plusieurs dizaines de personnes dont des fonctionnaires et des opérateurs économiques sont convoquées à la police pour corruption