RDC: l'ONU va enquêter sur l'attaque contre des Casques bleus en décembre
0
 

Écouter

INFOS BREVES

  • Le Gouvernement ivoirien confie l'élaboration d'un projet de code de la Construction et de l’Habitat au Cabinet d'avocats français Gide. – 19-01-2018
  • Lait infantile contaminé : la Côte d’Ivoire suspend l’importation et la commercialisation des produits du groupe Lactalis – 19-01-2018
  • Henri Konan Bédié visite ce vendredi le chantier du Centre International d'Hémodialyse de la "Fondation Servir" – 19-01-2018
  • Nikki Haley, ambassadrice américaine à l'ONU, exprime ses regrets au groupe africain après les propos de Trump – 19-01-2018
  • La Namibie bat l'Ouganda, la Côte d'Ivoire éliminée du CHAN 2018 – 19-01-2018
RDC: l'ONU va enquêter sur l'attaque contre des Casques bleus en décembre

RDC: l'ONU va enquêter sur l'attaque contre des Casques bleus en décembre

AFP | Lu 303 fois | Publié Il y a 13 jour(s)

L'ONU a lancé vendredi une enquête spéciale après l'attaque dans laquelle 15 Casques Bleus avaient été tués et 43 autres blessés, début décembre dans la province du Nord-Kivu, en République Démocratique du Congo.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, qui avait qualifié l'attentat du 7 décembre de "pire attaque (...) dans l'histoire récente de l'ONU", a chargé de cette enquête spéciale Dmitry Titov, un Russe, qui a travaillé au département des opérations de maintien de la paix de l'ONU. L'enquête devra également se pencher sur les autres attentats contre les Casques bleus dans la région, d'après un communiqué de l'ONU.

"Cette enquête spéciale concentrera son intérêt sur l'attaque du 7 décembre à Semuliki, dans laquelle 15 Casques bleus tanzaniens sont morts, 43 ont été blessés, et un est toujours porté disparu", selon le communiqué.

Les enquêteurs devront examiner les circonstances dans lesquelles s'est déroulée l'attaque, la plus meurtrière contre une force onusienne dans le monde depuis 24 ans. Ils devront aussi évaluer la réponse que devront apporter les forces de maintien de la paix et faire des recommandations afin de prévenir de tels actes de violence, a ajouté l'organisation. 

Deux officiers de l'armée de Tanzanie prendront part à l'enquête, qui se déplacera dans la région de la République Démocratique du Congo plus tard dans le mois de janvier.

L'ONU pointe la responsabilité de membres présumés des ADF (Allied Defense Forces, Forces démocratiques alliées), un groupe armé ougandais musulman actif dans le Nord-Kivu frontalier de l'Ouganda.

Les autorités congolaises et la Mission des Nations unies en RDC (Monusco) accusent les ADF d'avoir tué plus de 700 civils depuis octobre 2014 dans la région de Beni et ses environs, dans le nord du Nord-Kivu.

Les ADF sont l'un des nombreux groupes armés actifs dans le Nord-Kivu et le Sud-Kivu, les deux provinces orientales de la RDC frontalières de quatre pays (Ouganda, Rwanda, Burundi, Tanzanie) et de trois grands lacs (Édouard, Kivu et Tanganyika).

A la fin du mois de décembre, l'armée ougandaise avait annoncé avoir lancé des attaques contre des camps de l'ADF en République démocratique du Congo, dans une opération conjointe avec l'armée congolaise, qui avait tué près de 100 combattants de l'ADF.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également