Burkina: un assaillant tué lors de l'attaque d'une gendarmerie proche du Mali
0
 

Écouter

INFOS BREVES

  • Henri Konan Bédié visite ce vendredi le chantier du Centre International d'Hémodialyse de la "Fondation Servir" – 19-01-2018
  • Nikki Haley, ambassadrice américaine à l'ONU, exprime ses regrets au groupe africain après les propos de Trump – 19-01-2018
  • La Namibie bat l'Ouganda, la Côte d'Ivoire éliminée du CHAN 2018 – 19-01-2018
  • Tempête: 9 morts dans le nord de l'Europe et chaos dans les transports – 19-01-2018
  • Plus de 520 kg de drogues et de stupéfiants incinérés à Yamoussoukro – 18-01-2018
Burkina: un assaillant tué lors de l'attaque d'une gendarmerie proche du Mali

Burkina: un assaillant tué lors de l'attaque d'une gendarmerie proche du Mali

AFP | Lu 152 fois | Publié Il y a 12 jour(s)

Un assaillant a été tué vendredi lors de l'attaque du poste de gendarmerie de Kelbo, localité située à 75 km de Djibo, dans le nord du Burkina Faso, frontalier au Mali, a appris samedi l'AFP de sources concordantes.

"Une attaque a visé le poste de gendarmerie de Kelbo, occasionnant de nombreux dégâts", a déclaré à l'AFP une source sécuritaire.

L'attaque qui "a eu lieu peu avant 19h00 a duré plusieurs minutes, sans faire de victimes du côté des forces de défense et de sécurité", a précisé cette source, évoquant la mort d'un assaillant.

Le corps sans vie d'un "homme à la peau claire", a été retrouvé par les populations de Kelbo, au lendemain de l'attaque, a déclaré à l'AFP un responsable local joint sur place, précisant que les assaillants ont également abandonné des "motocyclettes, des armes et des munitions".

Un renfort d'un "détachement militaire" a permis de "mettre en déroute" les assaillants et "plusieurs objets ont été retrouvé au cours d'un ratissage" qui a duré toute la nuit, a-t-on confirmé de source sécuritaire.

Le nord du Burkina Faso, frontalier du Mali et du Niger, est le théâtre d'attaques jihadistes depuis le premier trimestre 2015, qui ont fait 133 morts en 80 attaques, selon un bilan officiel.

Début novembre 2017, quatre assaillants avaient été tués lors d’une attaque contre un détachement militaire qui effectuait une patrouille de reconnaissance à Ariel (nord).

En décembre 2016, une attaque contre un bataillon du groupement des forces antiterroristes, stationné à Nassoumbou, près de la frontière malienne, avait fait douze morts. Cette attaque, la plus meurtrière contre l'armée, avait suscité une vive émotion dans le pays.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également