Afrique du Sud : Le Congrès National Africain (ANC) "rappelle" Zuma
0
 

Écouter
Afrique du Sud : Le Congrès National Africain (ANC)

Afrique du Sud : Le Congrès National Africain (ANC) "rappelle" Zuma

RTI Info / Mariam CISSE (Stagiaire) | Lu 67 fois | Publié Il y a 9 jour(s)

Le congrès national Africain ANC, s’est réuni lundi à Pretoria, capitale administrative du pays, pour statuer définitivement sur la question de départ anticipé ou non du Président Jacob Zuma. A l’issue de l’entrevue, les dirigeant du parti sont enfin unanimes, ils donnent 48 heures au chef de l’Etat pour démissionner de la tête du pays.

Après plus de 13 heures d’entrevue, les dirigeants du Congrès National Africain (ANC) sont enfin d’accord sur le départ anticipé de Jacob Zuma. Le verdict est tombé de façon officieuse ce matin, la direction du parti veut "rappeler" Zuma. Elle lui aurait donné un délai de 48 heures pour rendre sa démission du pouvoir selon des sources de l’AFP.

La direction de l'ANC a le pouvoir de "rappeler" tous ses membres délégués à une fonction gouvernementale, comme cela avait été le cas avec Thabo Mbeki, en 2008 qui avait accepté de démissionner. Cependant, juridiquement, ce "rappel" n’a aucun caractère contraignant. Le président est donc libre d’accepter ou non de s’y soumettre. En cas de refus, le parti peut présenter devant l'Assemblée Nationale une motion de défiance. Ce texte, s’il est voté par la majorité des députés entraine la destitution du Président.

Malgré tout, le chef de l’Etat semble encore résister. Le lundi, à son entrevue avec Cyril Ramaphosa, actuel président et émissaire de l'ANC, Zuma aurait demandé un prolongement de quelques mois du délai accordé par son parti. Une proposition que les dirigeants auraient refusée, selon les médias locaux. Le congrès entend lui adresser une lettre, lui ordonnant de quitter le pouvoir. Des informations qui seront confirmées lors d’une conférence de presse prévue ce mardi.

Pour le Congrès National Africain, Jacob Zuma représente une réelle menace pour le maintien du parti à la tête du pays en 2019, date des prochaines élections générales.

Toutefois, que l’action du parti aboutisse ou pas, l’opposition, elle est déterminée à mettre fin au règne de Jacob Zuma, elle entend présenter une motion de défiance au parlement le 22 février prochain.

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 

En continu

Démission du numéro 2 de l'Unicef, accusé de comportement inapproprié envers des femmes

La Russie s'oppose à un cessez-le-feu humanitaire en Syrie

France: inculpé pour viols, l'islamologue Tariq Ramadan reste en prison

Urgent | Début ce vendredi 23 février du dépôt des candidatures aux élections sénatoriales ivoiriennes. (Commission Électorale)

Fuite de noix de cajou vers les pays limitrophes : le Conseil du Coton Anacarde prend des dispositions et met en garde tout contrevenant.