RDC : premier meeting de l'opposition autorisé depuis 2016
0
 

Écouter
RDC : premier meeting de l'opposition autorisé depuis 2016

RDC : premier meeting de l'opposition autorisé depuis 2016

AFP | Lu 837 fois | Publié

Environ 2.000 militants de l'opposition congolaise étaient réunis mardi dans le calme à Kinshasa pour la première réunion publique autorisée par les autorités depuis septembre 2016, à l'occasion du 28e anniversaire du pluripartisme, ont constaté des journalistes de l'AFP.

En début d'après midi, les militants du parti historique de l'opposition, l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), attendait le discours de leur président et candidat à l'élection présidentielle, Félix Tshisekedi.

La présence policière était discrète, en contraste total avec toutes les tentatives de manifestation ou rassemblement systématiquement réprimées depuis septembre 2016, parfois dans le sang.

Le meeting a été autorisé lundi par le gouverneur de Kinshasa qui avait interdit trois marches d'un collectif catholique contre le pouvoir depuis le 31 décembre. La répression de ces trois marches avaient entrainé la mort d'une quinzaine de personnes à Kinshasa et dans d'autres villes.

M. Tshisekedi tient son premier meeting depuis qu'il a été investi il y a moins d'un mois, à huit mois de la présidentielle du 23 décembre censée organiser la succession du président Joseph Kabila.

Le mandat du président Kabila a pris fin en décembre 2016 et la Constitution lui interdit de se représenter, mais il n'a clairement rien dit au sujet de son avenir politique.

Fils d'Etienne Tshisekedi, fondateur de l'UDPS décédé en février 2017, M. Tshisekedi doit dévoiler les grandes lignes de son projet présidentiel à l'occasion des 28 ans d'une première ouverture démocratique, le 24 avril 1990, sous la dictature du maréchal Mobutu.

Il y a tout juste six mois, M. Tshisekedi était encore empêché de tenir une réunion publique à Lubumbashi, grande ville minière du sud-est.

"Nous sommes le premier parti, le plus fort, le plus implanté. Nous sommes là pour écouter notre président et montrer que le parti tient debout", a déclaré à l'AFP un militant, Christian Munkonkole.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

La Côte d’Ivoire vise 800 000 tonnes de caoutchouc sec en 2018 (Ministre)

Obsèques de Djarakoroni II: L’ex-président ghanéen John Dramani Mahama annoncé à Bouna

Tchad : manifestation d'étudiants au début d'une "grève illimitée"

Guinée équatoriale : grâce présidentielle pour 34 opposants

Algérie : plus de 80 blessés dont 30 policiers lors d'un match de foot