Tchad : une ministre refuse de prêter serment sur la Bible
0
 

Écouter
Tchad : une ministre refuse de prêter serment sur la Bible

Tchad : une ministre refuse de prêter serment sur la Bible

AFP | Lu 926 fois | Publié

Rosine Amane Djibergui, ministre de l'aviation civile, du transport et de la météorologie nationale a refusé de prêter serment en jurant sur la Bible comme le recommandent les dispositions de la nouvelle constitution de la quatrième république

La ministre souhaitait prononcer un engagement devant la nation et non devant Dieu.

Le président de la Cour suprême l'a immédiatement remplacée par un haut cadre de l'armée, le Général Mahamat Tahir Rozi qui lui, a aussitôt prêté serment.

Le chercheur et politologue Evariste Ngarlem Toldé estime que la sanction infligée à la ministre Amane Rosine Djibergui compromet la laïcité de l'Etat tchadien.

Rosine Amane Djibergui a été plusieurs fois ministre avant de devenir membre active du présidium du forum national tenu 19 au 27 mars ayant abouti à la mise en place de la quatrième république voulu par le président Tchadien.

La constitution exige des membres du gouvernement de prêter serment devant le président sur le Coran au nom d'Allah pour les musulmans et sur la Bible au nom de Dieu pour les chrétiens.

Peu avant, au cours de la même cérémonie, la ministre de la communication et porte-parole du gouvernement Madeleine Alingué avait refusé de "jurer" au nom de Dieu mais "promettre"au nom de Dieu, jurer étant un blasphème pour les chrétiens.

Elle avait momentanément été suspendue mais le président de la Cour suprême était revenu sur sa décision de la suspendre quelques minutes après.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Abus sexuel : plusieurs évêques dans la ligne de mire du parquet chilien

Israël: Netanyahu entendu par la police enquêtant pour corruption

Une Ong électrifie l’école du village de Tiékourayaokro dans la sous-préfecture de Ogoudou

Le Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire apporte une réponse humanitaire suite aux inondations

Le FPI demande la ratification de l’Ordonnance d’amnistie par l’Assemblée nationale