Afrique du Sud : Le tout premier gouvernement de l’ère Ramaphosa
0
 

Écouter
Afrique du Sud : Le tout premier gouvernement de l’ère Ramaphosa

Afrique du Sud : Le tout premier gouvernement de l’ère Ramaphosa

AIP | Lu 760 fois | Publié

Le nouveau président sud-africain Cyril Ramaphosa a nommé lundi, un nouveau gouvernement composé d’une trentaine de ministres. Ce gouvernement marque le retour de deux figures de la vie politique sud-africaine évincées récemment par Jacob Zuma et très appréciées des marchés, à savoir, Nhlanhla Nene au portefeuille des Finances et de Pravin Gordhan au portefeuille des Entreprises publiques. Ce dernier aura pour mission de trouver des solutions à l’endettement abyssal de ces sociétés

En effet, en 2016, un rapport officiel avait mis en lumière le pillage des ressources de l’Etat par une famille d’hommes d’affaires, les Gupta, avec la complicité du président Zuma. En décembre 2015, le président Zuma avait limogé Nhlanhla Nene et l’avait remplacé par un député. Sa nomination avait fait chuter la devise sud-africaine.

Face à l’affolement des marchés, Jacob Zuma avait rapidement dû revenir sur sa décision et nommer au Trésor, Pravin Gordhan. En quatre jours, l’Afrique du Sud avait connu trois ministres des Finances. Tout cela avait entraîné une dégradation de la note de l’Afrique du Sud.

Autre nouveauté de ce gouvernement, la vice-présidence de la République a été confiée à David Mabuza, numéro 2 du parti, tandis que l’ex-présidente de la commission de l’Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma, hérite du ministère de la Planification. Ramaphosa a expliqué, depuis la présidence à Pretoria, avoir voulu créer un équilibre entre d’un côté « la continuité et la stabilité », et de l’autre « la nécessité de renouveau et de reprise économique ».

L’opposition a bien salué le retour de Nhlanhla Nene, mais immédiatement dénoncé un gouvernement « qui pullule de ministres compromis, de fidèles aux Gupta et de personnes accusées de corruption ».

Cyril Ramaphosa a pris le pouvoir après la démission forcée de Jacob Zuma le 14 février, lâché par le parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC).

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Tunisie : le service de la dette atteindra un niveau record en 2019, à plus de 3,2 milliards de dollars

Venezuela: L'ONU nomme un ex vice-président du Guatemala pour gérer la crise migratoire

Emmanuel Macron rencontrera Donald Trump et Hassan Rohani en marge de l'AG de l'ONU (Elysée)

Elections en RDC : la liste des candidats officialise l'exclusion de Bemba et Katumbi

Maroc : Campagne pour bannir des ondes le chanteur Saad Lamjarred, inculpé pour viol