Début du procès de Jean Noël Abehi, Commandant militaire sous le régime président Laurent Gbagbo.
0
 

Début du procès de Jean Noël Abehi, Commandant militaire sous le régime président Laurent Gbagbo.

AFP | Lu 522 fois | Publié

Le procès pour "complot contre l'autorité de l'Etat" du commandant Jean-Noël Abéhi, un pilier de l'appareil sécuritaire ivoirien sous l'ex-président Laurent Gbagbo, pour tentative d'attaque du plus grand camp de gendarmerie du pays le 23 décembre 2012, a débuté hier jeudi avec l'audition d'un de ses 11 co-accusés.

Selon l'acte d'accusation, Abéhi qui avait pris la fuite après la crise post-électorale de décembre 2010-avril 2011 (environ 3.000 morts) qui s'est conclue par la chute de Laurent Gbagbo, a "déclaré qu'étant qu'au Ghana, il a participé aux réunions d'une plateforme militaire initiée par Koné Katinan (porte-parole de Gbagbo en exil), préparant un renversement du pouvoir politique en place".

Il avait été arrêté au Ghana voisin, où plusieurs pontes du régime de Laurent Gbagbo s'étaient réfufiés, avant d'être extradé en Côte d'Ivoire en février 2013.

Le commandant Abéhi est désigné par ses détracteurs et des ONG comme l'un des principaux responsables d'exactions sous le régime Gbagbo.

En plus du commandant Abéhi, ex-patron du groupement d'escadrons de blindés (GEB) d'Agban, 11 autres personnes sont poursuivies pour complot contre l'autorité de l'Etat et tentative d'attentat contre la sûreté de l'Etat. 

"On leur reproche (aux 11) de s'être rencontrés à divers endroits d'Abidjan et d'avoir décidé de renverser les autorités du pays" et ils auraient été prêts à passer à l'action avec l'attaque du camp d'Agban, a expliqué à l'AFP Elise Ajavon, avocat du sergent-chef de police Cyprien Lorougnon Dragbo. 

Jeudi, Lorougnon, l'un des accusés, a reconnu s'être rendu dans le camp de gendarmerie le "dimanche 23 décembre 2012", à l'invitation d'un gendarme qu'il connaissait. Il a été arrêté par "deux gendarmes" qu'ils l'ont conduit au GEB où il a "giflé" le gendarme Sangaré Daouda qui l'avait "giflé le premier" . 

Appelé à la barre, le témoin Sangaré Daouda a déclaré ne pas pouvoir reconnaître les hommes qui se sont introduits dans son unité le 23 décembre 2012 et dont l'un avait "braqué un pistolet automatique" sur lui avant de le faire tomber au sol.

L'audience doit reprendre lundi avec l'audition du commandant Abéhi, a annoncé le juge Aboubacar Coulibaly.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Afghanistan: le chef de guerre Dostum attendu à Kaboul après un an d'exil

Pakistan : un candidat aux législatives condamné à la prison à vie pour trafic de drogue

Affaire Benalla en France: l'enquête confiée à un juge d'instruction

Prise d'otages dans un supermarché à Los Angeles: un mort

Malawi : le vice-président lance son parti politique en vue des élections