Youssouf Bakayoko (Président de la CEI) : "La révision de la liste électorale est une opération délicate qui requiert l'engagement de tous."
0
 

Écouter
Youssouf Bakayoko (Président de la CEI) :

Youssouf Bakayoko (Président de la CEI) : "La révision de la liste électorale est une opération délicate qui requiert l'engagement de tous."

RTI Info / Frédéric Goré-Bi | Lu 2100 fois | Publié

La Commission Electorale Indépendante (CEI) a reçu ce mardi à son siège à Abidjan, les partis politiques ivoiriens. Au menu de cette rencontre, le chronogramme des activités de l’institution pour l'année 2018, la révision de la liste électorale et les modalités pratiques pour la tenue des prochaines élections locales.

Dans la perspective des élections municipales, régionales et sénatoriales annoncées pour cette année, la CEI a convié les partis politiques ivoiriens à une rencontre. "À la veille des grands rendez-vous électoraux, la Commission Electorale Indépendante se fait le devoir de vous convier à une séance de travail", a dit d'entrée de jeu Youssouf Bakayoko, aux partis politiques qui ont répondu présents.

Le Président a indiqué aux représentants des organisations politiques que la liste électorale sera révisée et a ajouté que "la révision de la liste électorale est une opération délicate qui requiert l'engagement de tous. Une liste électorale non fiable augure des scrutins contestables, sujets à des critiques et à conflits".

Youssouf Bakayoko a donc recommandé aux partis politiques de s'approprier le processus de révision de la liste électorale.

"La Commission électorale indépendante souhaite que vous vous associez à elle pour informer et sensibiliser vos militants pour une adhésion massive de ceux-ci afin que la révision de la liste ne soit pas l'affaire de la seule CEI", dira-t-il aux représentants des partis politiques. La CEI mise sur la proximité pour réussir cette délicate opération de révision de la liste électorale. Ainsi, il a annoncé que tous les lieux de vote seront ouverts pendant une semaine afin de se rapprocher des électeurs.

A la suite de Youssouf Bakayoko, il est revenu à son deuxième Vice-Président, Gervais Coulibaly d'informer les participants sur les nouvelles dispositions pratiques prises pour les futures échéances électorales. A cet effet, chaque parti politique devra désigner ses représentants et membres pour siéger aux commissions locales, et ce, avant le 03 février 2018. Gervais Coulibaly a aussi annoncé la création de 19 nouvelles commissions locales pour dit-il "permettre l'accélération du processus".

"Partout où il y a plus de 150 bureaux de votes, nous allons éclater ces commissions locales en 2 ou 3 commissions", a fait savoir le Vice-président de la CEI.

Si les représentants des partis politiques membres ou proches du Rassemblement des Houphouétistes pour la paix et la démocratie (RHDP) se disent satisfaits des propositions de la Commission, ce n’est pas le cas pour l’opposition.

Georges Temanin, membre de l’Association ivoirienne pour la renaissance de la démocratie (AIRD), a déclaré être venu à cette réunion pour parler de la CEI et non des élections.

"Nous étions venus à cette rencontre, pour poser tout simplement la légalité de la commission électorale indépendante, mais on nous a indiqué que ce n’est pas le lieu de la faire pourtant toutes les questions ont été éludées par le vice-président qui nous a dit qu’il fallait nous adresser au Gouvernement’’.

 Pour Abouo N’Dori Raymond, membre du Front populaire ivoirien (FPI), la révision de la liste électorale devrait se faire chaque année, ce qui n’est pas le cas. "La révision se fait de façon ponctuelle, malheureusement on fait avec’’, a-t-il déploré.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Naufrage sur le lac Victoria: la Tanzanie endeuillée enterre ses morts

Un Palestinien tué par des tirs israéliens le long de la frontière avec Gaza (ministère)

RDC: au moins 18 morts dans une attaque attribuée au "terrorisme" du groupe armé ADF

Un ministre émirati réfute toute implication de son pays dans l'attentat en Iran

Les Maldives votent pour une présidentielle controversée