Niger : des étudiants assignent en justice leurs enseignants grévistes
0
 

Écouter
Niger : des étudiants assignent en justice leurs enseignants grévistes

Niger : des étudiants assignent en justice leurs enseignants grévistes

AFP | Lu 279 fois | Publié

Des étudiants nigériens ont assigné en justice les enseignants de l'université de Niamey en grève depuis fin février pour protester contre l'agression d'un enseignant par des étudiants sur le campus, ont déclaré des protagonistes de l'affaire.

"Nous venons d'assister au procès ce (mardi) matin et nous espérons que le juge va prendre la décision qui sied afin de permettre à 23.000 Nigériens de reprendre le chemin de la fac", a déclaré aux journalistes Algabid Ider, secrétaire général de l'Union des scolaires nigériens (USN, un syndicat) auquel est affiliée l'Union des étudiants Nigériens de l'université de Niamey (UENUN). 

Le jugement a été mis en délibéré pour le 13 mars prochain, a précisé Algabid Ider. 

L'avocat de l'USN a notamment "demandé au juge de constater le caractère non fondé et non professionnel de la grève du SNECS",  le Syndicat national des enseignants-chercheurs du supérieur de la section de Niamey, a expliqué M. Ider.

Le SNECS est entré en grève le 20 février après l'agression d'un enseignant par des membres de la Commission des affaires sociales et de l'ordre (CASO), l'organe estudiantin qui fait office de police sur le campus universitaire, alors qu'ils y réglementaient la circulation des bus des étudiants le 7 février. 

Les enseignants grévistes exigent notamment "l'exclusion" des étudiants agresseurs et la "dissolution" de la CASO. 

Lundi, le syndicat a annoncé dans un communiqué la poursuite de son mouvement de façon indéterminée, affirmant n'avoir obtenu "aucune réponse satisfaisante" à ses exigences en dépit de plusieurs rencontres avec les autorités nigériennes. 

"Toucher à la CASO, c'est toucher à notre souveraineté", a prévenu la semaine passée Algabid Ider. "C'est une altercation mineure" et donc "les revendications" du SNECS sont "totalement déplacées", avait expliqué Sita Diabiri, secrétaire général de l'UENUN. 

"L'université n'a même pas de clôture" et "sans la CASO, la cité universitaire sera invivable", a-t-il relevé. 

Sita Diabiri a indiqué que les étudiants ont même "présenté des excuses dans une lettre" au SNECS et ont vain approché le syndicat "pour trouver une solution" à la crise qui paralyse toutes les activités académiques. 

Les autorités n'ont pas encore réagi à ce bras de fer entre étudiants et enseignants. 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Francfort: Le PDG d'Audi incarcéré en Allemagne

Migrants: Le ministre Allemand de l’intérieur menace de fermer les frontières en juillet

Allemagne: La chancelière Angela Merkel rejette l'ultimatum de son ministre de l'Intérieur

Mondial 2018: La Suède bat la Corée du Sud (1-0) et rejoint le Mexique en tête du groupe F

Indonésie: Un navire a chaviré avec 80 personnes à bord, un mort et des dizaines de disparus