Politique : Une centaine de jeunes du PDCI disent non au parti unifié
0
 

Écouter
Politique : Une centaine de jeunes du PDCI disent non au parti unifié

Politique : Une centaine de jeunes du PDCI disent non au parti unifié

Frédéric Gore Bi | Lu 948 fois | Publié

Une cinquantaine de jeunes se sont rassemblés mardi soir dans l’enceinte du siège du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA) à Cocody à l'appel de quelques mouvements de jeunesse "anti-parti unifié" qui entendent organiser une série de manifestations pour amener le président Henri Konan Bédié à renoncer au projet d’unification des six formations politiques composant le rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP).

Depuis la publication sur les réseaux sociaux et dans les organes de presse, du manifeste du parti unifié, paraphé par les présidents des six formations politiques réunies au sein du rassemblement des Houphouetistes pour la démocratie et la paix. Quelque 100 jeunes issus des mouvements et organisations de la jeunesse du PDCI-RDA ont fait irruption dans l’après-midi de ce mardi 17 avril à la maison du parti de Cocody pour y exprimer leur opposition à l’unification de leur parti à d’autres organisations politiques notamment au rassemblement des républicains (RDR).

 ‘’Nous sommes contre le parti unifié’’ a déclaré avec force et vigueur, Kouadio Henri Joël, président de la jeunesse estudiantine et scolaire unie et solidaire, mouvement proche du PDCI-RDA, sous les approbations de ses camarades.

‘’Le PDCI-RDA a 72 ans d’existence ce qui lui confère l’expérience nécessaire pour reconquérir et exercer le pouvoir d’Etat en 2020’’, a-t-il indiqué avant d’ajouter ‘’L’appel de Daoukro consistait à donner un second mandat à monsieur Ouattara en vue d’une alternance en 2020 en faveur du PDCI, pour ensuite aboutir à un parti unifié. C’est un projet dans lequel nous devons traverser plusieurs étapes. Mais dans la gestion actuelle du pouvoir, notre parti est lésé, sa jeunesse est oubliée, nos cadres sont débarqués au profit des cadres du RDR’’.

Une situation qui selon lui ne permet pas aux cadres du plus vieux parti ivoirien d’entretenir la base.

‘’Nous sommes dans un mariage arrangé, sans amour, qui ne peut pas prospérer’’, a également fait savoir Kouadio Henri Joël. Pour lui, le parti unifié va continuer à entretenir les intérêts du RDR au détriment de ceux du PDCI.

‘’Ce que nous venons de faire n’est qu’un lancement des actions que nous entendons mener jusqu’à ce que le président Bédié laisse tomber le projet de parti, car nous sommes capables de reconquérir le pouvoir en 2020 sans l’aide du RDR’’, avertit-il.

 ‘’Nous avons commencé des actions de mobilisation de nos militants et sympathisants à participer massivement à la phase de l’enrôlement qui se tiendra du 24 avril au 02 juin’’, fait remarquer Kouadio Henri Joël.

A la question de savoir s’ils ne sont pas manipulés par certains cadres revanchards, qui verraient cette occasion comme un moyen de pression sur le président du parti, Koffi Fabius, du mouvement des intrépides du PDCI-RDA coupe court. ‘’Nous sommes plusieurs jeunes venus spontanément pour défendre les idéaux du parti et de l’héritage de Félix Houphouët-Boigny, père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne. Nous ne sommes pas manipulés par qui que ce soit ’’.

’Nous faisons confiance au président Bédié et nous pensons qu’il va écouter sa jeunesse qui est engagée pour 2020’’, a-t-il conclut.

Ces jeunes qui se disent déterminés à aller jusqu’au bout ont reçu la visite de Kouadio N’dri Valentin, président de la jeunesse urbaine du parti démocratique de Côte d’Ivoire, venu les ‘’encourager’’ à poursuivre le combat.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Abus sexuel : plusieurs évêques dans la ligne de mire du parquet chilien

Israël: Netanyahu entendu par la police enquêtant pour corruption

Une Ong électrifie l’école du village de Tiékourayaokro dans la sous-préfecture de Ogoudou

Le Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire apporte une réponse humanitaire suite aux inondations

Le FPI demande la ratification de l’Ordonnance d’amnistie par l’Assemblée nationale