Pascal Affi Nguessan (FPI) : ‘’La Côte d’Ivoire a besoin d’une nouvelle alliance’’
0
 

Écouter
Pascal Affi Nguessan (FPI) : ‘’La Côte d’Ivoire a besoin d’une nouvelle alliance’’

Pascal Affi Nguessan (FPI) : ‘’La Côte d’Ivoire a besoin d’une nouvelle alliance’’

Frédéric Gore Bi | Lu 920 fois | Publié

Pascal Affi N’guessan, Président du front populaire ivoirien (FPI), a animé une conférence de presse, ce mercredi 18 avril 2018, au siège de son parti autour du thème de la fête de la liberté. Le patron des frontistes a également abordé les questions relatives à la commission électorale indépendante (CEI), les sénatoriales et d’autres sujets liés à l’actualité politique nationale. Pour lui, «la Côte d’Ivoire a besoin d’une nouvelle alliance politique’’.

Le président du front populaire ivoirien a déclaré ce mercredi au cours d’une rencontre avec les organes de presse nationaux et internationaux, que la Côte d’Ivoire avait besoin d’une nouvelle alliance politique.

 "Nous ne voulons pas faire basculer la Côte d’Ivoire dans l’instabilité car elle a besoin d’une nouvelle politique qui sera centrée sur la réconciliation nationale, sur la restauration de la démocratie et la bonne gouvernance’’, a déclaré Affi Nguessan avant d’ajouter "les ivoiriens veulent vivre ensemble dans la paix et dans la concorde. Les ivoiriens veulent la réconciliation. Les ivoiriens veulent la démocratie’’.

Se prononçant sur la commission nationale indépendante, le président du parti de la rose, s’est voulu catégorique. "Je voudrais réaffirmer ici que le FPI reste mobilisé et déterminé dans la lutte pour une Commission Electorale véritablement indépendante, conforme aux normes internationales, en vue de l’organisation d’élections municipales, régionales et sénatoriales transparentes et crédibles’’, a indiqué Pascal Affi N’guessan. Et pour aboutir à cela, le député de Bongouanou recommande une alliance avec des groupements ou organisations politiques qui aspirent à une Côte d’Ivoire loin de la violence politique.

L’ex-premier ministre a saisi l’occasion pour donner son avis sur le Sénat qu’il dit ne pas reconnaitre "Comment peut-on mettre en place une institution comme le Sénat sans loi organique ?", s’est-il interrogé. "Si nous sommes sollicités pour siéger au Senat, notre réponse serait non, parce que pour nous, le Sénat n’existe pas’’, a affirmé monsieur Affi.

Revenant sur l’organisation de la fête de la liberté, Pascal Affi Nguessan a indiqué que cette célébration est un symbole fort pour son parti.  ‘’Les libertés, leur conquête, leur préservation et leur reconquête sont une quête permanente. Cette quête a rythmé la vie et l’histoire politique du FPI. C’est dans cette dynamique que s’explique et s’inscrit la célébration’’.

Interrogé sur la dualité qui secoue son parti et qui est matérialisée par la double organisation de la fête de la liberté dont l’une est programmée à Gagnoa par le camp proche d’Aboudramane Sangaré, Affi Nguessan a tenu à préciser que "la fête de la liberté aura lieu le 12 mai à Yopougon et nulle part ailleurs’’.

Interpellé sur le fait qu’il ne soit pas encore parti rendre visite à Laurent Gbagbo, fondateur du parti dont il est le président, Pascal Affi N’guessan a avoué qu’il n’a pas encore réussi à rencontrer depuis son incarcération à la Cour pénale internationale (CPI) en 2011, l’ex-chef de l’Etat. ''Il va forcément me recevoir à La Haye’’, s’est-il empressé de rassurer son auditoire.

Il a tenu néanmoins à dénoncer la politisation des visites à Laurent Gbagbo. ‘’Les visites au président Laurent Gbagbo sont devenues politiques’’. "Nous sommes des cartes entre les mains de Gbagbo qu’il tire en fonction de sa stratégie politique’’, a-t-il souligné.

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Turquie: coups de feu contre l'ambassade américaine, aucune victime

La Zambie va taxer les appels téléphoniques via internet

Brésil: 14 morts à Rio dans des opérations de la police et de l'armée (armée et presse)

Côte d'Ivoire : une ONG turque offre 100 bœufs à la communauté musulmane de Bocanda

Côte d'Ivoire : une ONG turque offre 100 bœufs à la communauté musulmane de Bocanda