Pour défaut de paiement des distributeurs locaux, la presse internationale n'est plus distribuée en Côte d’Ivoire et au Sénégal.
0
 

Écouter

INFOS BREVES

  • Henri Konan Bédié visite ce vendredi le chantier du Centre International d'Hémodialyse de la "Fondation Servir" – 19-01-2018
  • Nikki Haley, ambassadrice américaine à l'ONU, exprime ses regrets au groupe africain après les propos de Trump – 19-01-2018
  • La Namibie bat l'Ouganda, la Côte d'Ivoire éliminée du CHAN 2018 – 19-01-2018
  • Tempête: 9 morts dans le nord de l'Europe et chaos dans les transports – 19-01-2018
  • Plus de 520 kg de drogues et de stupéfiants incinérés à Yamoussoukro – 18-01-2018
Pour défaut de paiement des distributeurs locaux, la presse internationale n'est plus distribuée en Côte d’Ivoire et au Sénégal.

Pour défaut de paiement des distributeurs locaux, la presse internationale n'est plus distribuée en Côte d’Ivoire et au Sénégal.

RTI Info | Lu 636 fois | Publié Il y a 13 jour(s)

Le Sénégal et la Côte d’Ivoire ne reçoivent plus depuis fin décembre la presse internationale et plusieurs revues, dont "Jeune Afrique". Les distributeurs locaux Edipresse pour la Côte d’Ivoire et l’Agence de distribution de presse (ADP) du Sénégal ont accumulé des arriérés auprès du groupe de distribution français Presstalis.

Un conflit financier oppose les deux distributeurs au groupe français Presstalis, qui assure l’export en avion ou en bateau des journaux étrangers dans ces pays, selon le magazine panafricain Jeune Afrique, qui fait partie des titres ne seront plus distribués.

"Nous avons décidé le 21 décembre de suspendre la distribution de toute la presse internationale au Sénégal et en Côte d’Ivoire, tant qu’Edipresse et ADP n’honoreront pas leurs impayés" explique Presstalis.

Les dettes des distributeurs africains s’élèvent à 190 millions de francs CFA pour Edipresse et à 105 millions de francs CFA pour ADP.

Edipresse explique des difficultés liées aux banques. "Nous avons enclenché le virement d’une partie de cette somme", rapporte le magazine panafricain citant Bertrand Holl, directeur général de Edipresse.

Pour sortir de l’impasse, APD a proposé un échéancier de paiement en dix mensualités à compter de février 2018. Mais celui-ci a été refusé par Presstalis, qui l’a jugé "trop étalé dans le temps".

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également