De l’accueil à l’insertion professionnelle des migrants en Côte d'Ivoire.
0
 

Écouter
De l’accueil à l’insertion professionnelle des migrants en Côte d'Ivoire.

De l’accueil à l’insertion professionnelle des migrants en Côte d'Ivoire.

AIP | Lu 1261 fois | Publié

L’action conjointe du Gouvernement ivoirien et de l’Organisation internationale de la migration (OIM) a permis le retour au pays de 1566 Ivoiriens entre mai et décembre 2017. Selon le chef de mission de l’OIM, Mme Marina Schramm, plus de 1000 migrants sont revenus de la Libye, plus de 300 du Niger pays de transit vers la Libye, près de 200 du Maroc et une cinquantaine de la Mauritanie. Ces 1566 Ivoiriens se composent de 317 femmes, 1114 hommes et 135 mineurs

Chacun a reçu une assistance psychosociale, un pécule et un hébergement d’urgence de l’OIM. De même, entre le 1er janvier et le 15 février 2018, l’OIM a accueilli près de 800 migrants de retour dans ses locaux et près de 250 d’entre eux ont reçu une consultation médicale.

1,7 milliards F CFA pour l’accueil et l’insertion des migrants ivoiriens

Mme Marina Schramm a confié que le Fonds fiduciaire d’urgence de l’Union européenne (FFUE) d’un montant de 150 millions d’euros est mis à la disposition de 14 pays dont 2,7 millions d’euros (1,7 milliards F CFA) pour la Côte d’Ivoire pour l’accueil, l’intégration et la réinsertion à long terme des migrants ivoiriens.

«C’est un fonds qui est destiné aux migrants. Ce n’est pas de l’argent qu’on distribue mais qui est destiné à un financement des projets. Ces fonds ne sont pas remboursables. Ils doivent servir à améliorer la vie des migrants qui nous présentent de bons projets », a clarifié Mme Marina Schramm.

Pour elle, il s’agit d’un appui au Gouvernement pour le développement de mécanismes durables de réintégration des migrants.

«200 personnes vulnérables sont appuyées actuellement pour le développement de projet de réintégration et plan de réintégration individuelle (donc les plus vulnérables). A cela s’ajoutent, les consultations dans les centres d’hébergement. Près de 50 plans individuels de réintégration sont en cours de finalisation des procédures financières. 90 personnes ont bénéficié de formations à l’Agence nationale de la formation professionnelle (Agefop) et 180 autres sont inscrites pour débuter les formations», a expliqué Mme Schramm.

En plus, a-t-elle relevé,  dix mineurs vont débuter des formations professionnelles d’ici février 2018. Et tous les mineurs en âge de scolarisation ont reçu un soutien pour les frais d’inscription et les fournitures scolaires.

«Quatre projets collectifs ont été développés et sont en cours d’examen. Un appel à propositions pour la réintégration a été lancé, les propositions reçues sont en cours d’examen avec le Gouvernement. Un second appel à propositions sera lancé au courant du mois pour la réintégration communautaire et collective », a mentionné la responsable de l’OIM.

Par ailleurs, elle a prévenu les migrants qu’ils ne doivent pas revendiquer plus de droits que les autres citoyens.

« Une fois qu’il est pris en charge dans l’urgence, il devient un Ivoirien comme un autre. On ne va pas lui donner un avantage particulier. La réintégration, ce n’est pas récompenser ceux qui sont partis. Il ne s’agit pas d’instaurer une discrimination positive à l’égard des jeunes ivoiriens qui ont migré, mais plutôt d’appuyer les projets et mécanismes de formation et de création d’emploi des jeunes», a insisté Marina Schrann.

70% des migrants avaient un emploi décent…

La représentante de l’OIM en terre ivoirienne a révélé que ce n’est pas le chômage qui pousse des Ivoiriens à la migration.

« 70% des migrants ivoiriens avaient un emploi rémunéré qui leur rapportait un revenu de 100.000 F CFA par mois en moyenne », a-t-elle expliqué, ajoutant que la moitié des migrants, une fois rentré, ont souhaité retrouver leurs anciens boulots.

En effet, une étude mise en œuvre par l’OIM et basée sur les déclarations volontaires de migrants, 85% des migrants sont issus du « milieu urbain », 70% sont allés à l’école, au primaire, voire au secondaire et trois sur quatre sont célibataires.  Le voyage, généralement, coûte 1.5 million de francs CFA financé souvent par le candidat lui-même. Ce qui pousse un citoyen aussi normal à l’aventure, la quête d’un mieux-être et l’image idyllique qu’il se fait de l’Europe, a détaillé Mme Marina Schramm.

L’âge des migrants oscille entre 18 et 30 ans, avant leur départ, 60% d’entre eux résidaient à Abidjan et plus de 70% disposaient d’emplois rémunérés avant leur départ et leurs fonds propres pour migrer proviennent de revenu mensuel  qui est supérieur à 100.000 F CFA.

L’OIM a recensé sur le sol libyen 7.052 migrants ivoiriens dont 1.525 ont déjà été rapatriés depuis le début de cette opération par vol direct à ce jour,  selon le Directeur Général des Ivoiriens de l’Extérieur, Issiaka Konaté.

Près 5.000 personnes encore en territoire libyen…

Déjà en 2018, ce sont 321 migrants qui ont été rapatriés par vol spécial en direction de la Côte d’Ivoire. Selon  M. Konaté, d’autres contingents de migrants seront de retour dans les jours à venir.

«Il nous reste à peu près 5.000 personnes encore en territoire libyen. Et tout le long de cette année, par vague, nous allons procéder au retour de ces personnes en Côte d’Ivoire. Le Gouvernement a fait montre de toute sa solidarité depuis le début de cette crise. Ce sont des efforts qui vont se poursuivre. Nous avons donné des instructions fermes pour que des Ivoiriens qui craignent pour leur vie puissent rentrer en toute sécurité à Abidjan », a expliqué M. Konaté.

Toutes les nouvelles personnes arrivées en 2018 pourront également s’inscrire dans le projet de réintégration et de réinsertion du fonds de fiduciaire d’urgence de l’Union européenne (UE), mis en place par OIM en vue de financement de projets collectifs ou individuels, indique-t-on.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Tunisie : le service de la dette atteindra un niveau record en 2019, à plus de 3,2 milliards de dollars

Venezuela: L'ONU nomme un ex vice-président du Guatemala pour gérer la crise migratoire

Emmanuel Macron rencontrera Donald Trump et Hassan Rohani en marge de l'AG de l'ONU (Elysée)

Elections en RDC : la liste des candidats officialise l'exclusion de Bemba et Katumbi

Maroc : Campagne pour bannir des ondes le chanteur Saad Lamjarred, inculpé pour viol

Les plus lus