La Mauritanie aborde 2018 avec une monnaie allégée, mais des changes et prix gonflés
0
 

Écouter

INFOS BREVES

  • Classement FIFA: la Côte d'Ivoire maintient son 11è rang africain et sa 61è place mondiale – 18-01-2018
  • Référendum constitutionnel au Burundi: 42 opposants arrêtés depuis décembre – 18-01-2018
  • Gabon: l'opposant Jean Ping dépose une requête en justice – 18-01-2018
  • Virus H1N1: 25 cas de décès enregistrés en Tunisie – 18-01-2018
  • Elections au Zimbabwe dans "quatre à cinq mois", selon le président – 18-01-2018
 La Mauritanie aborde 2018 avec une monnaie allégée, mais des changes et prix gonflés

La Mauritanie aborde 2018 avec une monnaie allégée, mais des changes et prix gonflés

AFP | Lu 1335 fois | Publié Il y a 16 jour(s)

Debout sur un trottoir du marché de Nouakchott, le cambiste Nejib Ould Sidi se frotte les mains: la demande de devises explose en Mauritanie depuis l'annonce de la mise en circulation de nouveaux billets de la monnaie nationale, l'ouguiya.

A partir de ce 1er janvier 2018, dix ouguiyas deviennent un ouguiya. Et à l'approche de la date fatidique, "l'activité a quintuplé", indique le changeur.

Depuis l'annonce de cette mesure le 28 novembre, jour de la fête nationale, par le président Mohamed Ould Abdel Aziz, "les gens se ruent sur le dollar et l'euro, qu'ils achètent et gardent chez eux", ajoute-t-il.

Un chef de bureau de change au marché central confirme une "flambée" de l'euro et du dollar, qui ont augmenté "de 3,5% en une semaine".

"Les gens thésaurisaient l'ouguiya. Maintenant qu'ils sont obligés de s'en débarrasser, ils achètent et conservent les devises dans leur coffre-fort de domicile", explique un autre cambiste.

Avant même l'annonce de la mise en circulation des nouveaux billets, la monnaie mauritanienne s'était dépréciée ces derniers mois au marché noir face à l'euro et au dollar, mais la tendance s'est encore aggravée depuis.

Un commerçant du marché central de Nouakchott, Mohamed Heyin, estime cependant que "les prix vont baisser" progressivement grâce à l'introduction de ces nouveaux billets. "Auparavant, on te disait 10.000 ou 20.000 pour un produit. Désormais, on te dira 800 ou 700. C'est plus logique pour éviter l'inflation".

Début décembre, le gouverneur de la Banque centrale de Mauritanie (BCM), Abdel Aziz Ould Dahi, a démenti les rumeurs de "dévaluation" assurant que l'ouguiya "conserverait sa valeur et que le pouvoir d'achat des citoyens ne s'en ressentirait pas".

Les prix à la consommation sont en hausse depuis plusieurs mois.

Ainsi, le riz thaïlandais, très prisé par les ménages mauritaniens, est passé de 300 à 350 ouguiyas le kg (de 70 à 82 centimes d'euro), et la bouteille de lait d'un demi-litre, de 250 (0,58 centimes) à 300 ouguiyas. Le ciment et le fer à béton ont également connu des augmentations de 10 à 12%.

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également