Le gouvernement Ivoirien autorise la recherche et l’exploitation d’or dans plusieurs localités du pays
0
 

Écouter
 Le gouvernement  Ivoirien autorise la recherche et l’exploitation d’or dans plusieurs localités du pays

Le gouvernement Ivoirien autorise la recherche et l’exploitation d’or dans plusieurs localités du pays

Aip | Lu 1093 fois | Publié

Le gouvernement ivoirien a autorisé mercredi, lors d’une réunion du Conseil des ministres, la recherche et l’exploitation d’or dans plusieurs localités, dans l’optique d’offrir des emplois aux jeunes et diversifier l’économie du pays.

Selon le porte-parole du gouvernement, Bruno Koné, le premier permis est attribué à la société minière Mancha Côte d’Ivoire pour une durée de 14 ans, en vue de l’exploitation de l’or dans les départements de Bloléquin et Zouan- Hounien, région du Cavally.

Ce projet va permettre la création de 200 emplois directs et 1000 autres indirects pour un investissement de l’ordre de 150 milliards de FCFA, a-t-il ajouté.

Pour sa part, a déclaré le ministre Bruno Koné, la société Jofema Mineral Ressources SARL a été autorisée à  intervenir dans les départements de Gagnoa et Soubré. Le 2ème permis de recherche de l’or, va à Booster Mineral SARL opérant dans les départements de Vavoua et Zuénoula.

Ces permis de recherche ont une durée de quatre ans avec des investissements évalués à 3,2 milliards de FCFA et une soixantaine d’emplois créés.

Le Conseil des ministres s’est tenu à la Fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix de Yamoussoukro sous la présidence du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, a-t-on noté

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Jordanie : le gouvernement approuve un nouveau projet de loi fiscale

Afrique du Sud : l'ex-président Mbeki accuse l'ANC d'être un "parti de Noirs"

Libye : retour au calme au sud de la capitale après un mois de combats meurtriers

Mali : au moins 12 morts dans une attaque près de la frontière nigérienne

RDC : le Comité laïc de coordination juge le fichier électoral «douteux et corrompu»