Tony Blair : "La forte croissance ivoirienne a besoin d’être consolidée par une politique de transformation structurelle."
0
 

Écouter
Tony Blair :

Tony Blair : "La forte croissance ivoirienne a besoin d’être consolidée par une politique de transformation structurelle."

RTI Info/Boris Odilon BLE | Lu 768 fois | Publié

Tony Blair, ancien Premier ministre de la Grande-Bretagne, est arrivé en Côte d’Ivoire jeudi 31 mai. Le président de l’Institut qui porte son nom, est à Abidjan dans le cadre d’une visite de travail. Et pour joindre l’acte à la parole, l’homme a visité dans l’après-midi une unité industrielle d’anacarde. A cette occasion, il a salué les efforts des dirigeants ivoiriens et appelé à la transformation des matières premières pour soutenir la croissance.

Fin janvier 2018 le Premier Pinistre ivoirien Amadou Gon Coulibaly et Tony Blair s’étaient rencontrés à l’occasion du sommet de Davos en Suisse. A cette occasion, les deux hommes avaient posé les bases d’un partenariat entre la Côte d’Ivoire et l’Institut Tony Blair. Cette visite est donc la matérialisation des volontés communes de coopération.

Tony Blair pour toucher du doigt les progrès de l'économie ivoirienne s’est rendu à la zone industrielle de Yopougon (Abidjan). Il a pu visiter l’usine de la Société de transformation de produits agricoles de Côte d'Ivoire (SOTRAPACI), unité industrielle spécialisée dans la transformation du cajou en produits semi-finis.  En effet, le désormais homme d’affaires britannique a décidé d’accompagner la Côte d’Ivoire dans son projet de transformation locale de ses matières premières issues de l’agriculture. Son institut a décidé d' accompagner le gouvernement ivoirien pour la transformation de l’anacarde et du coton.

Une lettre d’intention a été signée à Abidjan, par le Premier Ministre ivoirien, Amadou Gon Coulibaly, et l’ex-Premier Ministre britannique, Tony Blair qui a indiqué que « la forte croissance ivoirienne de ces dernières années a besoin d’être consolidée par une politique de transformation structurelle qui a créé des milliers d’emplois ». Amadou Gon a lui souhaité que cette lettre d’engagement soit transformée en convention au plus tard juillet 2018.

Le cajou (anacarde) est le troisième produit d’exportation de la Côte d’Ivoire derrière le cacao et le pétrole. Sa production annuelle est de 700.000 tonnes ce qui fait de la Côte d’Ivoire le premier pays producteur mondial. Malheureusement, environ 6% de la production est transformé localement, ce qui représente un manque à gagner énorme. L’Etat encourage donc les investisseurs étrangers et locaux à implanter des usines de transformation.

A noter que l'Institut Tony Blair pour le changement mondial a pour objectif de faire en sorte que la mondialisation soit une effectivité en mettant en relations les pays africains avec de gros investisseurs. Le but étant de contribuer à leur développement et de les aider à relever les défis les plus difficiles.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

L'Iran dévoile son premier avion de combat, en pleine tension avec Washington

Elections en RDC: appel à manifester le 3 septembre contre les machines à voter

Venezuela: le bolivar dévalué de 96%, selon le nouveau taux officiel

Gabon: disparition d'un tanker avec 17 marins géorgiens à bord (sources militaires)

Afghanistan : fin de l'attaque de Kaboul, revendiquée par l'Etat islamique