France : Macron sonne la rentrée avec un nouveau train de réformes
0
 

Écouter
France : Macron sonne la rentrée avec un nouveau train de réformes

France : Macron sonne la rentrée avec un nouveau train de réformes

AFP | Lu 645 fois | Publié

Fini les vacances et le soleil de la Côte d'Azur: le président français Emmanuel Macron sonne la rentrée mercredi pour lancer l'an II de son ambitieux programme de réformes et tenter de redorer son image écornée par l'affaire Benalla.

Le chef de l'Etat de 40 ans, qui réunit mercredi un conseil des ministres, a passé deux semaines discrètes avec son épouse Brigitte au fort de Brégançon, dans le sud-est de la France, interrompues par quelques rares bains de foule où il est apparu bronzé et détendu.

Entre deux plongeons dans la nouvelle piscine qu'il a fait construire au fort, il s'est entretenu au téléphone avec plusieurs dirigeants étrangers dont Donald Trump et Vladimir Poutine et a reçu la Première ministre britannique Theresa May.

Mais, plus que la politique étrangère, ce sont les affaires intérieures qui ont dû occuper les pensées du président français, secoué au début de l'été par la plus grave crise politique depuis son arrivée au pouvoir en mai 2017.

En juillet, l'affaire Benalla, du nom de son ancien collaborateur accusé de violences lors d'une manifestation, a occupé le devant de la scène pendant plusieurs semaines et déchaîné l'opposition de gauche comme de droite.

Elle a conforté les détracteurs de M. Macron qui l'accusent d'être arrogant et en décalage complet avec les préoccupations des citoyens.

Selon un sondage YouGov réalisé début août, la popularité du président a chuté à son plus bas niveau depuis son entrée en fonction, avec seulement 27 % de jugements positifs, même si l'impact réel de l'affaire reste à mesurer, selon les analystes. 

"Cet épisode a polarisé davantage l'opinion. Ceux qui étaient mécontents de son action se sont radicalisés contre lui et ses soutiens ont continué à le soutenir. Cela renforce son image d'autoritarisme mais l'impact dépendra beaucoup de la manière qu'il gère la rentrée", estime auprès de l'AFP Chloé Morin de la Fondation Jean Jaurès.

On pourrait être fixés rapidement car les dossiers chauds s'accumulent sur le bureau du président. A commencer par l'économie, alors que la croissance 2018 s'annonce moindre qu'espéré - 1,8% au lieu de 2% et que le taux de chômage, qui a grimpé en début d'année, n'a que légèrement baissé au deuxième trimestre, à 9,1% contre 8,9% fin 2017./

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Bonoua: Les cours perturbés au lycée moderne

Dimbokro: Journée mondiale du diabète 100 personnes dépistées gratuitement

Plaidoyer pour la construction de bâtiments au profit des écoliers à Abobo N’Dotré

Campagne cacao 2018-2019 : Les opérateurs de la filière de Bouaflé appelés à la vigilance

Grand-Lahou: Les syndicats divisés sur l’arrêt de travail annoncé dans le secondaire