France : entre Macron et les patrons, le désamour guette
0
 

Écouter
France : entre Macron et les patrons, le désamour guette

France : entre Macron et les patrons, le désamour guette

AFP | Lu 1232 fois | Publié Il y a 27 jour(s)

On lui fait encore confiance mais attention, cela ne va pas durer": quinze mois après avoir été séduits par l'arrivée au pouvoir d'Emmanuel Macron, un président jugé pro-business, les patrons français se mettent aujourd'hui à douter.

Il faut reconnaître que tout n'a pas été noir. Des réformes qui n'avaient pas été faites en trente ans ont été effectuées en un an": l'opinion de Jacques Letort, chef d'entreprise dans le bâtiment, est largement partagée à Jouy-en-Josas, dans la banlieue parisienne, qui accueille jusqu'à mercredi la 20e université d'été du Medef, l'organisation du patronat français.

Il y a quinze mois, les chefs d'entreprise avaient largement applaudi l'élection d'Emmanuel Macron, un ancien banquier d'affaires au profil pro-entreprises qui promettait de "transformer la France" et de ranimer une croissance jusqu'alors atone.

"Les chefs d'entreprise ont ressenti qu'il y avait une véritable volonté de faciliter la vie économique en France", se souvient Philippe Amram, dirigeant d'une entreprise de stratégie.

Depuis 2017, les réformes se sont succédé, les entrepreneurs citant en particulier la réécriture du droit du travail, officiellement destinée à "déverrouiller" le marché de l'emploi pour lutter contre un chômage qui reste supérieur en France à la moyenne européenne. La réforme a été adoptée malgré de nombreuses manifestations.

"Macron a pris des décisions très fortes", salue Françoise Catalan-Johnson, patronne d'une société spécialisée dans le logement. 

Dans un sondage réalisé en juillet par OpinionWay auprès des chefs d'entreprises, plus de la moitié (54%) se disaient satisfaits de l'action du président, 13 points de plus qu'en mai, une période marquée par des conflits sociaux. Et 65% des dirigeants sondés estiment que le gouvernement a maintenu le rythme des réformes, malgré de multiples contestations.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Syrie: Trump promet une "réponse" américaine en cas d'utilisation d'armes chimiques

Urgent | "Après les élections locales, il y aura un remaniement ministériel", a affirmé le Président Alassane Ouattara à l'ouverture de CGECI Academy.

Une jeune femme nuitamment agressée au poignard à son domicile à Niakara

Des kits scolaires remis aux enfants des acteurs de médias du District du Woroba

Yopougon Sideci: Un magasin de gaz part en fumée