Diakité Sidiki (Ministre de l’Intérieur) : "Le RNPP va attribuer à chaque Ivoirien un numéro unique d’identification".
0
 

Écouter
Diakité Sidiki (Ministre de l’Intérieur) :

Diakité Sidiki (Ministre de l’Intérieur) : "Le RNPP va attribuer à chaque Ivoirien un numéro unique d’identification".

RTI Info / Frédéric Gore Bi | Lu 589 fois | Publié

Le ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, Diakité Sidiki était face aux députés jeudi 24 dans le cadre d’une séance de questions orales portant sur l’identification et l’état civil, à la demande du député de Fresco, Alain Michel Lobognon. L'émissaire du Gouvernement a expliqué les enjeux de la mise en place du Registre National des Personnes Physiques (RNPP) qui va permettre d'identifier convenablement tous les citoyens.

Au cours de ce débat qui a duré plus de trois heures, les parlementaires et le ministre ont échangé sur les problèmes liés à l’identification en Côte d’Ivoire et les solutions idoines à y apporter. L’une de ces solutions est le Registre National des Personnes Physiques (RNPP) qui va attribuer à chaque ivoirien et à toute personne vivant en Côte d’Ivoire un numéro d’identification, selon le ministre.

C’est pour comprendre les faiblesses du registre de l’état-civil national qui partent de la difficulté à se faire établir une pièce d’identité au coût jugé élevé, en passant la complexité et la lenteur du processus d’établissement, que le député de Fresco-Gbagbam, Alain Michel Agniman Lobognon avait interpellé le gouvernement sur la question.

Dans son allocution adressée sous la forme d’une question au ministre de l’Intérieur, Alain Lobognon a déclaré d’emblée que "la Côte d’Ivoire sort d’une grave crise socio-politique liée à l’identité’". Avant de suggérer que le pays "doit mettre fin à l’inégalité de la délivrance de la pièce d’identité".

Poursuivant sur sa lancée, le député-maire de Fresco a déclaré qu’il était temps de tourner la page de la suspicion sur la carte d’identité. Pour lui, cela passe par la cessation de la délivrance de l’attestation d’identité qui ne repose sur une aucune base juridique.  

Il est temps de s’interroger sur la légalité des pièces que détiennent les ivoiriens avec lesquels ils accomplissent chaque jour des actes administratifs", a déclaré M. Lobognon.

Répondant au député de Fresco, Diakité Sidiki, a déclaré que "la tenue de notre état-civil suscite beaucoup de problèmes par ce qu’il n’est pas sécurisé », dans la mesure où selon lui, "la Côte d’Ivoire ne dispose pas d’un registre national qui centralise toutes les données liées à l’état-civil".

A en croire le ministre, tout ceci devrait être un mauvais souvenir dans les mois à venir, puisque le Gouvernement vient de mettre en place depuis le 16 mai, le RNPP.

"Ce registre national permettra une traçabilité des ivoiriens. Il permettra de délivrer à chaque personne, tous les documents auxquels elle peut aspirer, à savoir la carte nationale d’identité, le passeport, le permis de conduire, le certificat de nationalité", a indiqué M. Diakité. 

Pour finir, le ministre de l’intérieur a invité les Parlementaires à aider le Gouvernement dans la quête de la sécurisation de l’état-civil. "Je vous invite très chers membres du Parlement à accompagner le processus d’identification", a-t-il exhorté.

Une autre séance de questions orales portant sur les enfants en conflit avec la loi est prévue pour le lundi 04 juin à 10h à l’initiative de la Députée de Cocody, Yasmina Ouégnin, présidente du Groupe parlementaire Vox Populi.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

G20 Finances: le bras de fer commercial perdure, l'UE veut jeter des ponts

Syrie: raid israélien contre un site militaire du régime (médias d'Etat)

Tchad: 18 morts dans une attaque de Boko Haram au lac Tchad

Yémen: 10 jihadistes présumés tués dans une attaque de drone et des combats

Gaza: Israël va rouvrir un point de passage si la situation reste calme