La révision de la liste électorale divise l’opposition ivoirienne.
0
 

Écouter
La révision de la liste électorale divise l’opposition ivoirienne.

La révision de la liste électorale divise l’opposition ivoirienne.

RTIinfo / Frédéric Gore Bi | Lu 441 fois | Publié

La révision de la liste électorale prévue du 17 au 24 juin 2018, a fait voler en éclats l’unité et la solidarité au sein de l’opposition politique ivoirienne. Tandis que la coalition "Ensemble pour la démocratie et la souveraineté" (EDS) appelle ses militants et sympathisants au boycott de cette opération, d’autres partis ont exhorté leurs adhérents à répondre favorablement à l’appel de la Commission Nationale Indépendante (CEI).

Le président de la coalition de l’opposition dénommée "Ensemble pour la démocratie et la souveraineté" (EDS), Georges-Armand Ouégnin, a appelé vendredi 25 mai dernier au cours d’une conférence de presse, la population ivoirienne à s’abstenir de prendre part, de quelque manière que ce soit, aux opérations d’enrôlement qui auront lieu du 17 au 24 juin prochain. Pour, lui la Commission Electorale indépendante (CEI) est une institution illégale et illégitime.
"Les opérations d’enrôlement sur les listes électorales se feront lorsque la CEI, avec à sa tête le très controversé Youssouf Bakayoko, aura été reformée", a-t-il précisé dans ses propos liminaires.

Une position que partage la frange du Front Populaire Ivoirien (FPI) dirigée par Aboudramane Sangaré et très proche de l’ex-Président ivoirien, Laurent Gbagbo. Pour elle, la révision de la liste électorale est une "décision inopportune et dangereuse pour la démocratie". Et appelle ses partisans à "demeurer prêts pour les mots d'ordre" en vue de "faire barrage" à la décision des autorités de tenir la révision la liste électorale du 18 au 24 juin prochain.

L’EDS se déchire sur la question de la révision.

La sortie de "Ensemble pour la démocratie et la souveraineté" (EDS) pour le moins inattendue, n’a pas laissé indifférents les états-majors des autres partis politiques qui composent cette coalition. Certains ont aussitôt réagi. C’est le cas de l’'Union républicaine pour la démocratie (URD), dirigée par Danièle Boni-Claverie.

La présidence de l’URD a appelé ses militant à aller se faire enrôler pour les nouveaux majeurs et pour ceux qui étaient déjà sur la liste électorale et à apporter des informations complémentaires nécessaires à leur nouveau statut ou leur nouvelle adresse physique. La réaction de l'ex-ministre de la communication, met ainsi à mal la cohésion au sein de la coalitionOuattara Gnonzié du Rassemblement pour la paix, le progrès et le partage (Rpp), qui, il faut le souligner ne fait pas parti de l’EDS, abonde dans le même sens que l’URD.

En effet, tout en traitant l’actuelle commission électorale indépendante de "caduque et ne reposant sur aucun fondement juridique", il invite tous les Ivoiriens en âge de voter "à se faire enrôler".

"Nous sommes en démocratie. Il ne faut pas se faire d'illusion. Le pouvoir s'acquiert par la voie des urnes. Et c'est le peuple qui donne sa voix et son pouvoir à un groupe de personnes. C'est avec la carte électorale que le citoyen peut changer le pouvoir", a-t-il indiqué.

Mamadou Koulibaly dénonce la mise à l'écart des Ivoiriens de l’étranger pour cette révision de la liste électorale.

"Le gouvernement a décidé que les Ivoiriens de l’étranger ne seront pas enrôlés parce qu’ils ne voteront pas aux municipales et aux régionales, liant ainsi, la révision de la liste électorale à l’occurrence du vote contrairement à la constitution qui l’impose annuellement", écrit le président d’honneur de liberté et démocratie pour le peuple (LIDER) sur son compte Twitter.

Ouvrant ainsi un autre débat sur la participation des Ivoiriens de la diaspora qui ne semble pas pour le moment préoccuper les autres formations politiques de l’opposition.

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Présidentielle malienne : Deux jours seront déclarés fériés pour permettre aux électeurs de retirer leurs cartes (ministre de la communication)

RDC: changement à la tête de l'armée, des officiers visés par des sanctions promus

Niger : Près de 600 migrants refoulés d'Algérie secourus dans le nord du pays

Côte d’Ivoire : Cinq passagers d’un car tués après une sortie de route sur l’autoroute du Nord

Mondial 2018 - La France est championne du monde après avoir battu la Croatie 4 buts à 2