Le maire de Sikensi prône la paix face à la crise de la chefferie dans deux villages
0
 

Écouter

INFOS BREVES

  • Gabon: l'opposant Jean Ping dépose une requête en justice – 18-01-2018
  • Virus H1N1: 25 cas de décès enregistrés en Tunisie – 18-01-2018
  • Elections au Zimbabwe dans "quatre à cinq mois", selon le président – 18-01-2018
  • L'Afrique doit investir massivement dans les infrastructures pour se développer (BAD) – 18-01-2018
  • "Semaine de l’avocat" en Côte d’Ivoire du 22 au 27 janvier (Bâtonnier) – 18-01-2018
Le maire de Sikensi  prône la paix face à la crise de la chefferie dans deux villages

Le maire de Sikensi prône la paix face à la crise de la chefferie dans deux villages

AIP | Lu 99 fois | Publié Il y a 12 jour(s)

Le maire de la commune de Sikensi, Sahoré Essy François De Paul, prône la réconciliation et la paix, face à la crise de la chefferie qui secoue les villages de Katadji (commune de Sikensi) et Sahué (Sous-préfecture de Gomon/Département de Sikensi).

Dans un entretien accordé mercredi, à l’AIP, Sahoré Essy a recommandé aux populations de sa circonscription ainsi qu’à ceux du département,  en sa qualité de vice-président du Comité départemental de la recherche de la paix et de la cohésion sociale, de s’attacher aux valeurs de paix et de cohésion.

Sahoré Essy a déploré avoir été accusé par des personnes, d’avoir été complice de la destitution  le 6 décembre par le préfet du département, Mme Dao Diaby Aminata, du chef intérimaire du village de Katadji, N’Fo N’guessan Mathieu, et la nomination le 15 décembre par la même autorité de Ségui Gnamba Emmanuel, en qualité de chef dudit village.

Il dit avoir respecté les lois de la République qui lui confèrent le pouvoir d’organiser une consultation populaire pour désigner un nouveau chef, en cas de destitution.

Concernant le village de Sahué (12 Km de Sikensi) où des populations contestent le chef intérimaire Aby Jonas et réclament l’exercice du pouvoir par Diby Gnahouan Joseph, élu en début d’année par une commission électorale locale dont les résultats n’ont pas été validés par l’administration, le maire Sahoré plaide aussi pour le respect des lois ivoiriennes.

« Il revient à l’autorité préfectorale ou sous préfectorale d’organiser les élections de chefs de villages de leur circonscription », a-t-il martelé.

 » Nous avons tous intérêt à œuvrer pour l’apaisement de la situation dans le département de Sikensi, pour le bonheur des populations « , a conclu Sahoré.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également