Côte d’Ivoire: Le problème d’eau persiste à Tiébissou
0
 

Écouter
Côte d’Ivoire: Le problème d’eau persiste à Tiébissou

Côte d’Ivoire: Le problème d’eau persiste à Tiébissou

Aip | Lu 458 fois | Publié

Le chef de centre de la Société de distribution de l’eau en Côte d’Ivoire (SODECI) à Tiébissou, Félix Doh, s’inquiète de la pénurie d’eau qui persiste depuis plusieurs années dans le département.

« Le seuil d’exploitation de la prise d’eau est dépassé. S’il ne pleut pas régulièrement pendant une semaine ces jours-ci, la production d’eau sera impossible. Nous avons besoin d’au moins 800 m3 d’eau par jour pour approvisionner la population et nous ne pouvons pas en produire 300 », a-t-il indiqué vendredi, lors d’une visite sur le site de production d’eau de la société à Tiébissou.

Le responsable de la SODECI a plaidé pour une solution rapide. « L’eau est verdâtre et si nous recueillons 50 m3, nous ne pouvons en tirer que 25. Le lac est asséché et ne permet plus une exploitation. Il est agressé par les bœufs qui vont y boire et les exploitants agricoles qui l’utilisent pour les cultures maraîchères », a-t-il déploré.

Depuis plus de trois semaines, tous les nouveaux quartiers et ceux situés en hauteur ne reçoivent plus d’eau et avec eux les villages de Gbomi-zambo et Kondeyaokro, situé à 5 km de Tiébissou sur l’axe Tiébissou-Yamoussoukro.

A pareil époque de l’année dernière, cette même pénurie d’eau avait engendré une marche des fonctionnaires et d’autres populations de la ville de Tiébissou pour réclamer des solutions durables, mais aucune solution n’a été trouvée jusqu’à présent.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Malawi : le vice-président lance son parti politique en vue des élections

La nouvelle constitution cubaine ouvrira la voie au mariage homosexuel

Affaire Benalla: le ministre français de l'Intérieur auditionné lundi à l'Assemblée

Affaire Benalla: le ministre français de l'Intérieur auditionné lundi à l'Assemblée

Cessez-le-feu globalement respecté à Gaza après des raids massifs israéliens