Une conseillère communautaire arrêtée à la prison de Dimbokro avec des substances interdites
0
 

Écouter
Une conseillère communautaire arrêtée à la prison de Dimbokro avec des substances interdites

Une conseillère communautaire arrêtée à la prison de Dimbokro avec des substances interdites

AIP | Lu 666 fois | Publié

Une conseillère communautaire, travaillant au compte d’une ONG française à l’infirmerie de la prison civile de Dimbokro, a tenté d’introduire dans cette maison d’arrêt et de correction, des substances interdites notamment de la cigarette. Elle a été découverte et mise aux arrêts par la police.

Six paquets de cigarettes dissimulés dans du pain, c’est le colis que possédait la conseillère communautaire, destiné à son propre business à la prison civile de Dimbokro.

Connaissant le fonctionnement de la prison, dame Oussou, une habituée des lieux qui voulait rapidement avoir beaucoup d’argent, se présente le samedi 19 mai dernier à la prison pour dit-elle « apporter à manger » à des prisonniers. Elle a laissé les agents pénitentiaires en charge du contrôle fouiller ses colis. Tout en prenant soin de dissimuler sous son aisselle, son sac à main. La fouille terminée, l’autorisation lui est donnée d’avoir accès aux bagnards.

Au moment où elle a franchi allègrement le portail de la prison, le chef de poste, plus vigilant, l’a interpellée, lui demandant le sac. « Laisse ça, on est ensemble et on se connait ici non. Tu penses que je peux faire passer quoi de dangereux », lui rétorqua sereinement dame Oussou. Mais ces propos n’ont guère ému l’agent qui a insisté et procédé à la fouille du sac. La conseillère communautaire a été alors arrêtée par la police qui la déférera devant le juge pour répondre de ses actes.

Considérée jadis comme un haut lieu de trafic de toute sorte notamment de drogues et autres substances hallucinogènes, la prison civile de Dimbokro connait une certaine rigueur dans sa gestion administrative, depuis l’avènement en 2017 du régisseur Sinaly Ouattara. Ce dernier a réussi à démanteler les réseaux de ravitaillement des prisonniers, entraînant une flambée des prix de ces produits dans la prison selon nos sources.

Il a également souligné qu’une cigarette coûte dans le bagne jusqu’à 2000 francs CFA et 20 000 francs CFA pour un portable vendu à 5000 francs CFA dehors.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Une Ong électrifie l’école du village de Tiékourayaokro dans la sous-préfecture de Ogoudou

Le Système des Nations Unies en Côte d’Ivoire apporte une réponse humanitaire suite aux inondations

Le FPI demande la ratification de l’Ordonnance d’amnistie par l’Assemblée nationale

Arabie: contribution de 100 millions de dollars pour le nord-est de la Syrie

Pont effondré à Gênes: encore 10 à 20 disparus (médias)