Yamoussoukro : Des producteurs de maïs veulent en faire un levier additionnel de l’économie ivoirienne
0
 

Écouter
Yamoussoukro : Des producteurs de maïs veulent en faire un levier additionnel de l’économie ivoirienne

Yamoussoukro : Des producteurs de maïs veulent en faire un levier additionnel de l’économie ivoirienne

AIP | Lu 1861 fois | Publié

La Plateforme de la filière maïs du Bélier (PMB) a été lancée jeudi à Yamoussoukro en vue de redynamiser le secteur et faire de l’épi de maïs, un levier et une richesse additionnelle de l’économie nationale.

La Plateforme a été mise en place lors d’une assemblée générale constitutive au centre diocésain de Yamoussoukro, en présence de la coordinatrice du Projet pôle agro-industriel du Bélier (2PAI) et du directeur régional de l’Agriculture, Martin Kouakou Koffi, représentant de ministre de l’Agriculture et du Développement rural.

Elle est composée d’un consortia d’acteurs professionnels et d’experts pluridisciplinaires regroupant un collège de 22 sociétés coopératives de producteurs, 15 sociétés de commerçants et 50 groupements de transformateurs.

La PMB se veut une chaîne de valeur intégrée et un cadre de concertation, de négociation, de proposition interprofessionnelle et d’action au service du développement de l’économie maïsicole locale.

L’objectif, c’est d’arriver à une filière assez forte et prospère, par la bonne pratique agricole innovante et respectueuse de l’environnement, de renforcer la résilience des exploitations malgré le dérèglement climatique, de sédentariser les exploitations et de proposer des produits loyaux sains en vue de les transformer davantage pour avoir de la plus-value.

« Notre ambition, c’est de développer en synergie avec le 2PAI-Bélier afin d’accroître la productivité de la terre et du travail, créer la richesse avec pour réduire la pauvreté », a fait savoir Eugène N’Zi Kouassi, le président de la Fédération des maïsculteurs de Côte d’Ivoire (FEMACI), membre de la faîtière PMB.

Le Projet pôle agro-industriel du Bélier est financé par la BAD à hauteur de 80 milliards FCFA. Initié par le Gouvernement ivoirien, il cible plusieurs filières dont le maïs et vise à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et la réduction de l’indice de pauvreté rurale dans la région estimée à 61 % en 2015.

Plante fourragère, le maïs est cultivé dans 150 pays. Il est le plus cultivé au monde devant le blé. Riche en amidon, le maïs est dans la constitution de 3 500 produits dont 600 non-alimentaires (détergent peinture, plastique biodégradable). Un hectare de maïs produit 16 à 32 tonnes d’oxygène, soit deux fois plus qu’un hectare de forêt.

« Un hectare de maïs fourragé produit 21 000 litres de lait, soit la consommation annuelle de 350 personnes par an », a précisé le président de la FEMACI. Il a souhaité un plan de développement directeur au profit de « l’épi merveilleux » dont l’importance socio-économique est indéniable.

« Je m’engage à défendre et à servir loyalement les intérêts communs des maillons de la filière, à promouvoir une jeunesse rurale responsable et bien formée, à l’effet de relever les effets nouveaux et d’assurer la relève efficace de l’actuelle génération vieillissante de maïsculteurs », a promis la présidente élue de la Plateforme du Bélier, Joséphine Kouadio.

Elle a sollicité l’appui de tous et des partenaires financiers pour que la Plateforme naissante soit dynamique, viable dans la durée et porteuse de germes certains de développement socio-économique, au bénéfice de la région du Bélier.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Bonoua: Les cours perturbés au lycée moderne

Dimbokro: Journée mondiale du diabète 100 personnes dépistées gratuitement

Plaidoyer pour la construction de bâtiments au profit des écoliers à Abobo N’Dotré

Campagne cacao 2018-2019 : Les opérateurs de la filière de Bouaflé appelés à la vigilance

Grand-Lahou: Les syndicats divisés sur l’arrêt de travail annoncé dans le secondaire