Gagnoa : Une fillette assassinée par des coupeurs de route
0
 

Écouter
Gagnoa : Une fillette assassinée par des coupeurs de route

Gagnoa : Une fillette assassinée par des coupeurs de route

AIP | Lu 1037 fois | Publié Il y a 11 jour(s)

Kiéma Latifate, 10 ans, écolière au Cours élémentaire deuxième année (CM2) à l’Ecole primaire publique de Zapata de Gagnoa, est décédée dans la nuit de mardi, sur une piste non loin du village de Nahirio, des suites d’une agression par des individus armés, a appris l’AIP, jeudi.

Selon une source proche de son établissement, la petite Latifate revenait de Niahirio, un village de la sous-préfecture de Gagnoa, avec son père sur une moto. Elle venait d’y passer un séjour en vue de suivre un traitement pour ses récurrentes crises d’asthme. Sur le chemin, ils  tombent dans  une embuscade tendue par des coupeurs de route.

Le père, poignardé aussitôt par les malfrats, prend la fuite et disparait dans la broussaille, abandonnant sa fillette aux mains des agresseurs. Revenu plus tard sur les lieux avec des proches, il retrouve sa fille Latifate assassinée à coups de poignard, le corps baignant dans une mare de sang.

Le père a subi mercredi, une intervention chirurgicale dans un centre hospitalier de Gagnoa et ses jours ne sont plus en danger. Par ailleurs, cette nouvelle a plongé dans l’émoi les parents et les amis de Latifate ainsi que le personnel enseignant et les élèves du groupe scolaire Gnousso 2 où elle fréquentait, souligne-t-on.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Lakota : Le préfet a invité les enseignants exerçant dans la localité à incarner les valeurs morales, notamment de probité, d'honnêteté.

Le parlement des jeunes de Côte d’Ivoire invite tous les candidats à l’apaisement

Trump recevra le numéro 2 du ministère de la Justice à Washington jeudi (porte-parole)

Un jeune Palestinien tué à Gaza par des tirs israéliens près de la frontière

La ministre Mariatou Koné a procédé, dimanche à Amanvi, à 40 km de Bondoukou à la pose de la première pierre de l’IFEF