Les enseignants de Bangolo en grève pour protester contre l’insécurité
0
 

Écouter
Les enseignants de Bangolo en grève pour protester contre l’insécurité

Les enseignants de Bangolo en grève pour protester contre l’insécurité

Aip | Lu 236 fois | Publié Il y a 15 jour(s)

Un collectif de huit (8) syndicats de l’éducation nationale du département de Bangolo a lancé ce lundi un mouvement de grève pour protester contre l’insécurité qui règne depuis quelques semaines dans la localité

«Nous sommes devenus la cible des actes de banditisme sur les routes et même dans nos maisons. Par civisme, on est toujours allé au travail malgré les vols dont nous sommes victimes. Notre mutisme a abouti à la mort d’un collègue», s’offusque Kamaté Lamine, directeur d’une école primaire.

Selon Yessoh Niava, secrétaire général du SYNESCI (Syndicat National des Enseignants du Second Degré de Côte d’Ivoire), dès que les instituteurs et les professeurs sont en déplacement,des individus pillent leurs domiciles. Le directeur d’école de Béoué-Zibiao, ajoute-t-il, s’est battu avec son agresseur le 22 mars et lui a arraché une arme qu’il a déposée à la gendarmerie.

Dans un courrier adressé aux premiers responsables de l’éducation, les huit syndicats réclament  »le retour des forces de l’ordre à leurs différents postes d’observation, afin de régler la question sécuritaire ».

Depuis l’attaque de plusieurs de leurs check-points par des individus armés dans le mois de mars, et le soulèvement de la population après la riposte des gendarmes, les forces de l’ordre ont déserté les cantons Zibiao et Tahouaké.

Ce problème sécuritaire, selon les syndicats, est en faveur des malfrats. « Ils opèrent sans être inquiétés », dénoncent ces organisations.

Des bandits ont abattu dans la nuit du 31 mars l’instituteur Coulibaly Yardjouma, alors que ce dernier prenait son repas à son domicile.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 

En continu

Kenya : Uhuru Kenyatta a appelé son gouvernement à mettre fin à l’importation de sucre, de maïs et d’engrais pour protéger les agriculteurs locaux

Mali : le chef de file de l’opposition dénonce "une campagne anticipée" du président IBK sur les médias d’Etat et appelle à une "mobilisation"

Nicaragua : Ortega tente l'apaisement après 27 morts en six jours

Centrafrique : Le président Faustin-Archange Touadera réclame davantage de Casques bleus

Burkina Faso : un tribunal fermé dans une région en proie aux attaques jihadistes