200 millions F CFA pour booster l’insertion des jeunes en la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.
0
 

Écouter
200 millions F CFA pour booster l’insertion des jeunes en la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

200 millions F CFA pour booster l’insertion des jeunes en la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso.

Rti Info / Moussa COULIBALY (Stagiaire) | Lu 633 fois | Publié

La Côte d’Ivoire vient de décaisser 100 millions F CFA sur les 200 millions attendus dans le cadre de mise sur pied du Fonds d’Amitié et de Coopération Ivoiro-Burkinabé pour l’insertion des jeunes (FACIBIJ). Le ministre de la Promotion de Jeunesse, de l'Emploi des Jeunes et du Service Civique, Sidi Touré, répond ainsi pour la partie ivoirienne à l’appel à projet des jeunes qui concerne la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. C’était jeudi dernier à Abidjan - Plateau, en présence de Zongo Mahamadou, Ambassadeur du Burkina Faso.

La Côte d’Ivoire et le Burkina Faso se donnent la main pour permettre aux jeunes d’entreprendre des projets de part et d'autre de la frontière. Ensemble ils mettent en place le Fonds d’Amitié et de Coopération Ivoiro-Burkinabè pour l’insertion des jeunes (FACIBIJ). Ce fonds vise l’insertion des jeunes dans des projets d'activités génératrices de revenus et de micro entreprises. Les secteurs concernés sont l’agro pastoral, le commerce transfrontalier des produit locaux, l’artisanat et les services. Pour la partie ivoirienne, le ministre Sidi Touré a remis la somme 100 millions de F CFA qui constitue l'engagement du pays. Il a par la suite invité les jeunes à plus de responsabilité. 

"J’en appelle à la responsabilité des jeunes bénéficiaires, à leur sens civique et à leur amour du travail car votre attitude en entreprise, vos qualités personnelles et professionnelles affecteront la durabilité de cette initiative novatrice ainsi que le recyclage des fonds investis" a-t-il dit.

En attendant que le même montant soit décaissé par la partie burkinabè, son Ambassadeur en Côte d’Ivoire, Mahamadou ZONGO rélève que l’emploi des jeunes constitue un gage de sécurité pour les pays.

"La mise à disposition de ce fonds est une réponse structurante à la question du chômage des jeunes. Il est nécessaire de trouver des solutions à des problèmes qui ne connaissent pas de frontières", a-t-il soutenu.

L’appel à projet concerne aussi bien, les jeunes ivoiriens et burkinabè dont l’âge varie entre 18 à 35 ans. Ce fonds est la concrétisation de l’engagement des deux présidents Alassane OUATTARA et Roch Marc KABORE, à l’occasion de la 6e conférence du Traité d'Amitié et Coopération (TAC) en juillet 2017.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

RDC : la société civile dénonce la criminalité

Le nombre de villages électrifiés à Tortiya pourrait atteindre quatre en 2018

Les N’zima Kotoko de Grand-Lahou prônent l’union et la cohésion sociale

La SOTRA renforce son parc automobile

Plus de 270 tonnes de riz produites par des coopératives de femmes à Oumé