Ange Kessy Kouamé (Procureur militaire) : « Mon domicile n’a jamais été une poudrière »
0
 

Ange Kessy Kouamé (Procureur militaire) : « Mon domicile n’a jamais été une poudrière »

Frédéric Goré-Bi/RTIinfo | Lu 1261 fois | Publié

Accusé de détenir une poudrière à son domicile sans l’avis de sa hiérarchie, le Procureur militaire Ange Kessy Kouamé se dit plutôt victime d’une cabale et accuse un élément de sa garde rapprochée d’avoir dérobé des armes sous scellé pour les vendre sur le marché noir. « Mon domicile n’a jamais été une poudrière », a-t-il laissé entendre tout en se présentant comme la victime sur laquelle, on s’acharne au détriment de l’auteur qui est épargné.

Les réseaux sociaux se sont enflammés ces derniers jours par une affaire de cache d’armes trouvée au domicile du procureur militaire, Ange Bernard Kessy Kouamé. Une accusation reprise par la presse qui à son tour parle d’une perquisition effectuée par les gendarmes à la résidence du commissaire du gouvernement.

Interrogée par RTI Info pour en savoir plus, Ange Kessy déclare « j’ai été réveillé par les coups de fil du Chef d’Etat-Major général des Armées et du Commandant Supérieur de la gendarmerie qui m’ont alerté sur la présence des forces de l’ordre autour de mon domicile. Même mon fils qui est médecin m’a téléphoné pour me dire que ma maison est entourée de gendarmes ». La raison de cette présence inattendue, était-elle justifiée par une perquisition à la résidence du magistrat militaire ?

« Faux », rétorque Ange Kessy, qui précise « je n’ai jamais été perquisitionné ». Même s’il reconnait que des armes ont été trouvées chez lui par les gendarmes qui enquêtaient suite à l’arrestation d’un élément de sa garde rapprochée en possession d’une arme. Interrogé sur la provenance de cette arme, le caporal Koffi Kouadio puisque c’est de lui qu’il s’agit, a soutenu avoir pris cette arme au domicile de son patron.

« Les armes trouvées à mon domicile se composent de la sorte : 8 kalachnikovs, 4 fusils calibre 12 ; 2 fusils à canons sciés, 4 machettes, 4 cailloux, 1 aiguille, 2 ou 3 foulards, 2 couteux à cran d’arrêt, 1 ou 2 cartouches », indique le magistrat militaire. « Ce sont des objets placés sous scellés qui sont entreposés de façon exceptionnelle dans des circonstances exceptionnelles créées par le déguerpissement du Tribunal militaire en juillet 2017 » ? ajoute-t-il.

Mais comment les armes se sont trouvées au domicile du procureur militaire, surtout que ce n’est pas le lieu indiqué pour y stocker ces pièces à conviction ?

Selon Ange Kessy, ces armes se trouvent chez lui pour la simple raison que les locaux du Tribunal où elles sont transposées, est en réhabilitation. « Le Commissaire du Gouvernement a pris la décision d’emménager provisoirement les bureaux du Tribunal Militaire d’Abidjan à sa résidence pour permettre au personnel de travailler », a-t-il souligné.

Ainsi, en attendant la sécurisation des nouveaux locaux, les scellés sont restés chez le Procureur militaire. Alors qu’il est interdit de les déplacer, car seuls les magistrats sont autorisés à les manipuler.

Pour le Magistrat militaire, il a pris la décision avec l’accord de sa hiérarchie de placer les armes chez lui pour éviter qu’elles ne se retrouvent dans les mains des accusés qui pourraient les détruire et les faire disparaitre et avec elles, les preuves qu’elles constituent.

« Il y a des armes au bureau de tous les Procureurs. Ils s’en servent pour les procédures et non pour faire autre chose », reconnait le procureur qui dit avoir été reçu un message d’encouragement de son collègue procureur.

Ange Kessy, se dit victime d’un lynchage sur les réseaux sociaux. « Une hystérie collective a gagné des internautes dont certains ne savent même pas de quoi il s’agit », a-t-il déploré.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

La ministre Mariatou Koné a procédé, dimanche à Amanvi, à 40 km de Bondoukou à la pose de la première pierre de l’IFEF

Vavoua :Un besoin de 35 professeurs enregistré au lycée moderne

La ministre Mariatou Koné distinguée par l’ONU

Guitry :Plusieurs personnalités distinguées dans l’ordre ivoirien de la solidarité

Une association instruite sur les enjeux du rôle de la femme en période électorale