Déguerpissement du quartier "Abattoir" : Le District Autonome d’Abidjan donne les raisons.
0
 

Écouter
Déguerpissement du quartier

Déguerpissement du quartier "Abattoir" : Le District Autonome d’Abidjan donne les raisons.

RTI Info | Lu 3105 fois | Publié

Depuis quelques jours, les médias et les réseaux se faisaient l’écho d’un déguerpissement effectué par le District d’Abidjan dans la Commune de Port-Bouet au quartier "Abattoir". L'opération avait été jugée illégale par les concernés. Le District d’Abidjan, lui, avait indiqué avoir remis des mises en demeure depuis avril 2017 pour une sécurisation des populations. Les responsables du District ont donné plus de détails dans une note, dont RTI Info a reçu copie.

"Conformément aux dispositions prises par le gouvernement d’assurer au mieux la sécurité des populations en ces temps de fortes pluies, ayant occasionné de nombreuses pertes en vie humaine et d’énormes dégâts matériels, le District Autonome d’Abidjan, dans un souci de prévention et d’anticipation, a procédé le lundi 02 juillet 2018 à une opération de déguerpissement dans le périmètre de l’abattoir de Port-Bouët, une zone à risque relevant du domaine public. 

Sur ce site, propriété exclusive du District Autonome d’Abidjan, étaient construits des habitations sous des pylônes à haute tension, sur des ouvrages d’assainissement et de drainage tels que les canalisations des eaux usées provenant de la salle d’abattage et les conduits des eaux pluviales exposant de fait, les occupants à de réels dangers notamment d’épidémies, d’inondations et d’incendies. De plus, des menaces d’intoxication alimentaire planaient sur la population abidjanaise, eu égard à la remontée des eaux usées, issues de la salle d’abattage de l’abattoir. 

Cette opération qui a pour unique objectif de protéger les vies humaines et d’assainir le cadre de vie des riverains s’est déroulée selon les règles et procédures en la matière. 

Préalablement, le District a initié une vaste campagne de sensibilisation auprès des populations concernées. Après cette étape, des mises en demeure leur ont été adressées. La première date du 24 avril 2017, la seconde du 2 mai 2017 et la dernière du 15 mai 2018. Et de commun accord, la période des vacances scolaires 2018 a été arrêtée pour libérer les sites.

Institution à vocation sociale et humaine, le District d’Abidjan s’est engagé à aider les foyers concernés à quitter ces lieux, en toute quiétude, en les exemptant depuis le 24 avril 2017, date de l’émission de la première mise en demeure, des taxes liées à l’occupation de ce site. 

L’Etat-Major général des armées, le Commandement supérieur de la gendarmerie, la Direction générale de la police nationale et la Compagnie ivoirienne d’électricité ont été sollicités pour veiller à la parfaite conduite de cette opération, placée sous la supervision d’un cabinet d’huissier de justice. Il importe de signaler que l’opération n’a enregistré aucun incident majeur. 

Un comité mixte composé du District et des représentants des populations a été mis sur pied pour répondre de façon concertée aux différentes préoccupations."

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

La Côte d’Ivoire vise 800 000 tonnes de caoutchouc sec en 2018 (Ministre)

Obsèques de Djarakoroni II: L’ex-président ghanéen John Dramani Mahama annoncé à Bouna

Tchad : manifestation d'étudiants au début d'une "grève illimitée"

Guinée équatoriale : grâce présidentielle pour 34 opposants

Algérie : plus de 80 blessés dont 30 policiers lors d'un match de foot