Mondial 2018: L'Argentine tombe face à la France (3-4)en huitièmes de finale
0
 

Écouter
Mondial 2018: L'Argentine tombe face à la France (3-4)en huitièmes de finale

Mondial 2018: L'Argentine tombe face à la France (3-4)en huitièmes de finale

RTISPORT avec AFP | Lu 2002 fois | Publié

Avec un doublé de l'incroyable Kylian Mbappé, l'équipe de France terrasse l'Argentine et se qualifie pour les quarts de finale.

Quel match exceptionnel ! En plein doute et menée après 48 minutes de jeu, l'équipe de France, grâce à Pavard mais surtout à un doublé de Mbappé, a éliminé l'Argentine de Messi pour se hisser en quarts de finale de la Coupe du monde (4-3). Elle affrontera soit l'Uruguay, soit le Portugal.

La leçon : en quarts de finale, l'équipe de France a enfin lancé son Mondial

1-0 ; 1-2 ; 4-2 ; 4-3 et des frayeurs jusqu'au bout du temps additionnel : il ne fallait pas être cardiaque pour vivre ce France-Argentine. Ce premier huitième de finale de cette Coupe du monde 2018 restera forcément dans les annales de la compétition. Pour, au bout du compte, une qualification des Bleus de Deschamps pour les quarts de finale.
 
Dans une Kazan Arena acquise en grande majorité à l'Argentine, l'équipe de France mettait d'abord les ingrédients indispensables à un tel match, que ce soit dans les duels ou les intentions. Avec un constat très rapide : Kylian Mbappé était dans un grand jour. Ses premières accélérations déboussolaient Mascherano. Dès la 11e, il prenait le cuir à 30 mètres de ses buts et filait à toute vitesse vers les cages argentines. Rojo, dépassé, ne pouvait que commettre une faute grossière dans la surface. Griezmann transformait (1-0, 13e). Le joueur des Colchoneros qui avait d'ailleurs touché la barre quelques minutes plus tôt d'un coup franc quasi parfait (7e). L'Argentine était donc proche de rapidement plier sous les assauts bleus. Mbappé mettait une nouvelle fois la panique à bord et obligeait Tagliafico à le stopper irrégulièrement à la limite de la surface. Sans que l'arbitre ne sorte un carton rouge qui se justifiait (19e).
Sept buts au terme d'un match fou.
Sans parvenir à faire un break qui paraissait mérité, la France permettait à l'Argentine de garder espoir. Cette dernière revenait petit à petit dans la rencontre. Et sur sa seule et unique occasion de la première période, l'équipe de Sampaoli égalisait d'un bijou de Di Maria des 20 mètres, face à une défense bleue bien spectatrice et attentiste (1-1, 41e). Tout était à refaire. Pire, dès le retour des vestiaires, Mercado mettait les Sud-Américains en tête en déviant une frappe de Messi qui prenait Lloris à contre-pied (1-2, 48e). Un coup de massue, pensait-on, pour la jeune troupe de Deschamps. Sonnée, la France mettait cinq grosses minutes à se remettre dans le bain. Et c'est finalement la frappe extraordinaire de Pavard en pleine lucarne, après une passe parfaite de Matuidi et un centre du précieux Hernandez, qui réveillait tout le monde (2-2, 57e). Le début d'une déferlante sur les buts d'Armani. Quatre minutes plus tard, Mbappé profitait d'une frappe contrée de Matuidi pour s'approcher et conclure tout en sérénité (3-2, 64e). Un contre express où Kanté, Matuidi puis Giroud, en passeur décisif, offraient le doublé à Mbappé (4-2, 68e). Trois buts en huit minutes qui envoyaient les Bleus en quarts au terme d'une rencontre complètement folle. Dans le temps additionnel, sur un caviar de Messi, et un oubli de Pavard, Agüero redonnait espoir aux siens (4-3, 90e+3). Dans un dernier rush, Varane et consorts se faisaient une peur bleue sur un dernier ballon dans la surface. Sans conséquence.

Le gagnant : Mbappé s'invite à la table des très grands

Des courses, des sprints, des dribbles, de l'efficacité, du sang-froid : si l'équipe de France est en quarts de finale de la Coupe du monde, elle le doit en très grande partie à Kylian Mbappé. Le Parisien a été à l'origine de trois des quatres buts des Bleus. C'est vous dire le niveau de la performance. À même pas 20 ans, le gamin de Bondy a fait chavirer une défense argentine qui n'était, visiblement, absolument pas prête à vivre un tel calvaire tant elle a été complètement déboussolée. En mode TGV en début de rencontre pour provoquer le penalty transformé par Griezmann, Mbappé faisait parler son sens de la précision dans la surface lors des huit minutes complètement folles des Bleus. D'abord en comprenant plus vite que tout le monde qu'il pouvait s'engoufrer dans la surface pour punir Armani ; puis en transformant le caviar de Giroud. On attendait Griezmann, mais en ce 30 juin 2018, l'équipe de France vient peut-être de se trouver son nouveau patron. Et ce pour des années.

Le perdant : Sampaoli, nouveau crash

Le miracle de Rojo face au Nigeria pour qualifier l'Argentine en huitièmes de finale n'était donc qu'un écran de fumée. Face à cette équipe de France, c'était quasiment mission impossible pour une sélection en grande difficulté depuis le début de la compétition. On le savait plus que jamais sur la sellette, il semble évident que Jorge Sampaoli ne survive pas à cette déroute qui marquera son CV de coach. Sans Higuain, ni Agüero, ni Dybala au coup d'envoi, mais avec un Messi tout seul en numéro 9, Sampaoli s'est une nouvelle fois trompé. Et les nouveaux miracles, cette fois signés Di Maria et Mercado, n'ont pas pu sauver une fois de plus les apparences. Le technicien a été incapable de s'adapter tactiquement à l'évolution de la rencontre, notamment pour muscler une défense qui prenait l'eau ; le remplacement de Rojo par Fazio n'ayant eu aucun effet. On n'aimerait vraiment pas être à la place de l'ancien coach de Séville lorsqu'il va remettre les pieds sur le sol argentin...
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

RDC: au moins 18 morts dans une attaque attribuée au "terrorisme" du groupe armé ADF

Un ministre émirati réfute toute implication de son pays dans l'attentat en Iran

Les Maldives votent pour une présidentielle controversée

Ceux qui ne soutiennent pas Trump doivent quitter le gouvernement, dit Pompeo

Suisse : un canton vote à une écrasante majorité pour l'"interdiction de la burqa"