Mondial 2018 : La demi-finale des gardiens
0
 

Écouter
Mondial 2018 : La demi-finale des gardiens

Mondial 2018 : La demi-finale des gardiens

Ossama Ouattara avec France Football | Lu 457 fois | Publié Il y a 8 jour(s)

Hugo Lloris et Thibault Courtois, les gardiens des buts des équipes de France et de la Belgique ont sorti le grand jeu au cours de cette demi-finale de la coupe du monde.

A la 19e, Hugo Lloris, le portier français sort à la verticale du poing devant Fellaini. Puis juste après, il effectue une superbe détente sur sa droite sur une reprise en pivot d'Alderweireld (21e). Présent encore au bon moment dans le principal temps faible de la défense des Bleus en première période. Une nouvelle sortie des deux poings sur un centre de Mertens (64e). Il répète cette action sur une frappe de Witsel des vingt-cinq mètres (81e).

La Belgique quant à elle, doit beaucoup sur cette demi-finale a Courtois, son gardien. Autant que Lloris, il a été excetionnel. Mais il ne peut rien sur le but d'Umtiti à la 51e minute. Juste avant la mi-temps, il fait un arrêt spectaculaire de gardien de handball sur une frappe dangereuse de Pavard (40e). A son avantage devant Giroud à la 56e, Il sera de nouveau décisif à deux reprises quand son équipe jouera le tout pour le tout en fin de rencontre. Il jaillit à terre sur un tir de Griezmann puis est toujours là pour s'interposer et repousser en corner sur une frappe de Tolisso en toute fin de temps additionnel. Au coup de sifflé final, de De Bruyne, Lukaku en passant par Eden Hazard, le chemin des buts du portier français est resté inviolable. 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Côte d’Ivoire/ Un jeune étudiant se pend dans son village à Woufagnon

Côte d’Ivoire/Une jeune fille admise au CEPE échappe de justesse à un mariage forcé à Dabakala

Les rebelles syriens acceptent une reddition dans une zone près du Golan

Cameroun: don chinois de près de 7 millions d'euros à l'armée

Poutine dénonce des "forces" aux Etats-Unis "prêtes à sacrifier les relations russo-américaines"