Décès du Sud-Africain Pik Botha, chef de la diplomatie sous l'apartheid
0
 

Écouter
Décès du Sud-Africain Pik Botha, chef de la diplomatie sous l'apartheid

Décès du Sud-Africain Pik Botha, chef de la diplomatie sous l'apartheid

AFP | Lu 1310 fois | Publié

L'ancien ministre sud-africain des Affaires étrangères pendant l'apartheid Roelof "Pik" Botha est décédé à l'âge de 86 ans à Pretoria, ont rapporté vendredi les médias locaux.

Son fils Piet Botha a confirmé au groupe de presse News24 que l'ancienne figure du régime raciste blanc était mort dans son sommeil dans la nuit de jeudi à vendredi.

"Son épouse Ina était à ses côtés. Il était malade depuis trois semaines", a-t-il déclaré.

Pik Botha avait été hospitalisé à Pretoria en septembre.

Il avait dirigé pendant dix-sept ans la diplomatie sud-africaine, de 1977 jusqu'à la chute officielle de l'apartheid en 1994. 

Il avait ensuite intégré le gouvernement du premier président noir sud-africain démocratiquement élu, Nelson Mandela, où il avait occupé le portefeuille des Mines.

En 1996 et après dix-neuf ans de présence ministérielle ininterrompue, sa carrière politique avait pris fin quand sa formation, le Parti national (NP) qui avait institutionnalisé l'apartheid en 1948, s'était retiré du gouvernement.

Surnommé "Pik" ("pingouin"), Botha avait incité le président Frederik de Klerk à libérer en 1990 Nelson Mandela, le chef historique du Congrès national africain (ANC), après vingt-sept ans de prison.

En 1986, il avait été sévèrement réprimandé par le président Pieter Willem Botha (aucun lien de parenté) pour avoir déclaré que l'Afrique du Sud pourrait un jour être dirigée par un Noir.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Le Premier ministre invite la diaspora à saisir les nombreux atouts d’investissement

Le ministre Sidi Touré lance l’opération d’assainissement de l’affichage publicitaire

La France, premier partenaire économique de la Côte d’Ivoire (Ambassadeur)

Le Conseil national des droits de l’homme (CNDH) répertorie les conflits existants au sein de la population à Tengrela

Retour au calme à Grand-Béréby après des manifestations de jeunes en colère