Onze Casques bleus sud-africains reconnus coupables d'agression en RDC
0
 

Écouter
Onze Casques bleus sud-africains reconnus coupables d'agression en RDC

Onze Casques bleus sud-africains reconnus coupables d'agression en RDC

AFP | Lu 787 fois | Publié

Onze soldats sud-africains ont été reconnus coupables d'avoir agressé un mineur alors qu'ils participaient à la mission de maintien de la paix de l'ONU en République démocratique du Congo (RDC), a annoncé leur état-major.

La justice militaire doit prononcer ultérieurement une peine contre ces soldats.

Les faits s'étaient déroulés en janvier dernier. Les soldats sud-africains, stationnés dans la province du Kasaï (sud), s'étaient livrés à des violences contre la victime, âgée de 17 ans, qu'ils soupçonnaient de leur avoir volé des seaux.

Les militaires avaient été initialement inculpés pour actes de torture mais ces charges ont été abandonnées et ils n'ont été reconnus coupables que d'agression.

"Le chef d'état-major de la Force nationale de défense sud-africaine (SANDF), le général Solly Shoke, se réjouit de ce procès rapide et de la condamnation de ceux qui ont sali la réputation des +soldats de la paix+ de la SANDF en RDC", a indiqué l'armée lundi dans un communiqué.

Lancée à partir de 2000, la mission de stabilisation des Nations unies (Monusco) en RDC constitue sa plus importante et coûteuse - plus d'un milliard de dollars par an - mission de maintien de la paix dans le monde.

Elle compte 17.000 soldats dont un millier de Sud-Africains.

Des élections générales sont prévues le 23 décembre en RDC. Elles ont été deux fois reportées depuis la fin du deuxième et dernier quinquennat constitutionnel de l'actuel président Joseph Kabila en décembre 2016.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

France: un Laboratoire de la Francophonie dans un château au nord de Paris

Egypte: 59 jihadistes présumés et sept militaires tués dans des opérations (armée)

Soudan: nouveaux tirs de gaz lacrymogènes contre des manifestants à Omdourman

Les cours suspendus au lycée moderne 2 d’Adzopé

Le fils d’un éducateur du lycée moderne 2 d’Adzopé agressé par un groupe d’élèves