Burkina: 12 civils tués jeudi dans un village du Nord lors d'une attaque jihadiste (ministère)
0
 

Écouter
Burkina: 12 civils tués jeudi dans un village du Nord lors d'une attaque jihadiste (ministère)

Burkina: 12 civils tués jeudi dans un village du Nord lors d'une attaque jihadiste (ministère)

AFP | Lu 1067 fois | Publié

Douze civils burkinabè ont été tués jeudi à Gasseliki, village de la région du Sahel (nord), dans une "attaque terroriste", a annoncé vendredi le ministère de la Sécurité dans un communiqué.

"Une trentaine d’individus armés ont perpétré le jeudi 10 janvier 2019, en milieu de journée, une attaque terroriste dans le village de Gasseliki (...) Cette attaque a fait douze morts et deux blessés", affirme le communiqué. Cette zone est en proie à des attaques jihadistes récurrentes. 

"Un grenier, une charrette et six boutiques ont également été incendiés", note le communiqué, ajoutant que "cinq motocyclettes et plusieurs bœufs ont aussi été emportés par les terroristes qui ont vite fait de se fondre dans la nature après leur forfait".

"Des dispositions ont été prises pour un ratissage afin d'interpeller les assaillants", conclut le texte.

"Le groupe de terroristes a saccagé des boutiques de commerçants et a tiré sur les gens qui s'étaient réunis pour le marché hebdomadaire", a déclaré à l'AFP une source locale.

Le Burkina Faso est confronté depuis trois ans à des attaques jihadistes récurrentes de plus en plus fréquentes et meurtrières, notamment dans le Nord. 

Le chef d'état-major général des armées Oumarou Sadou a été limogé jeudi, alors que les forces de sécurité n'arrivent pas à enrayer les attaques.

D'abord concentrées dans le nord du pays, ces attaques se sont ensuite étendues à d'autres régions dont celle de l'Est, frontalière du Togo et du Bénin.

Attribuées aux groupes jihadistes Ansaroul Islam et au Groupe de soutien à l'islam et aux musulmans (GSIM) et à d'autres groupuscules, elles ont fait plus de 270 morts depuis 2015.

Ouagadougou, la capitale, a été frappée à trois reprises, avec un bilan total de près de 60 morts. La dernière, en mars 2018, avait dévasté l'état-major général des armées, en plein centre-ville.

Depuis le 1er janvier, l'état d'urgence a été décrété dans 14 provinces (sur 45), réparties sur six régions ayant enregistré des attaques jihadistes.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Comores: le président sortant Azali Assoumani réélu dès le premier tour (officiel)

Algérie: l'armée ouvre la voie à un départ du président Bouteflika

Cérémonie de présentation du projet "Radio Synergie/ URPCI" plateforme numérique de diffusion des programmes de radio à Abidjan

Cérémonie de présentation du projet "Radio Synergie/ URPCI" plateforme numérique de diffusion des programmes de radio à Abidjan

Le ministère de l'agriculture engage les femmes à faire des propositions concrètes pour leur émergence