L'arachide, principal produit agricole du Sénégal
0
 

Écouter
L'arachide, principal produit agricole du Sénégal

L'arachide, principal produit agricole du Sénégal

AFP | Lu 1634 fois | Publié

L'arachide reste le principal produit cultivé au Sénégal, par au moins 60% de la population, et est principalement utilisée dans l'alimentation.

Elle est utilisée comme huile, poudre ou pâte dans la préparation de nombreux plats y compris le "tiep bou dieune" (riz au poisson), un des principaux mets du pays. Le paysan sénégalais en tire également de nombreux sous-produits: aliment de bétail à partir du foin et du résidu de la trituration artisanale des graines et du combustible à partir des coques. Avec l'aide d'un institut local qui a mis au point des presses à huile artisanales, le paysan sénégalais peut produire depuis quelques années sa propre huile d'arachide, grâce à un procédé ayant permis, selon des techniciens sénégalais, d'éliminer l'aflatoxine. Cette substance présente dans la graine oléagineuse a été présentée comme cancérigène et à la base du refus d'admettre l'huile d'arachide dans les importations en Europe, en France notamment. L'arachide a pendant longtemps constitué la première source de devises de l'Etat et de revenus des producteurs sénégalais avant de connaître une chute à la fin des années 70 (du 20e siècle) et d'être devancée par la pêche, les phosphates et le tourisme dans les exportations sénégalaises. Plante introduite par la France coloniale, elle répondait parfaitement aux besoins de l'industrie française en oléagineux pour la production de lubrifiants, de savon et d'huile de table. Elle était la matière de base des savonneries dont une cinquantaine étaient dénombrées à Marseille (sud de la France) en 1906. Pendant la crise des années 1930, les huiliers français ont bénéficié d'un régime de protection. Pour doper la production, la France a favorisé l'arrivée au Sénégal de migrants venus du Soudan français (l'actuel Mali), de Guinée, de Gambie, de Guinée-Bissau et de Haute-Volta (l'actuel Burkina Faso). A l'indépendance en 1960, l'Etat du Sénégal a maintenu la place de l'arachide, appuyé par la France qui a garanti jusqu'en 1967 l'achat d'une partie de la production au nom d'accords préférentiels.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Les élèves font arrêter les cours à Gagnoa malgré la présence des forces sécuritaires

Ouattara salue les 55 années "de qualité et de professionnalisme" de Fraternité Matin

Des experts africains en conclave à Abidjan autour de la qualité de la formation professionnelle

Près de 600 ménages enregistrés pour la deuxième vague du projet “filet socio-productif “à Nassian

Des bénéficiaires du projet "Agir pour les jeunes" à Boundiali en formation