Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du coronavirus à 86 ans.
0
 

Écouter
Publicite
Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du coronavirus à 86 ans.

Le saxophoniste Manu Dibango est mort des suites du coronavirus à 86 ans.

AFP | Lu 5648 fois | Publié

Manu Dibango, saxophoniste camerounais et légende de l'afro-jazz, est décédé en France des suites du Covid-19 à l'âge de 86 ans, a indiqué mardi à l'AFP Thierry Durepaire, gérant des éditions musicales de l'artiste.

 

L'auteur d'un des plus grands tubes planétaires de la musique world, "Soul Makossa" (1972), est la première célébrité mondiale à décéder des suites du virus. "Il est décédé au petit matin, dans un hôpital de la région parisienne", a dit M. Durepaire à l'AFP. 

"Les obsèques auront lieu dans la stricte intimité familiale, et un hommage lui sera rendu ultérieurement dès que possible", peut-on lire sur la page Facebook de l'artiste, tenue par son entourage.

"Soul Makossa", le morceau qui l'a fait naître, a connu un étonnant destin. Ce n'était au départ que la face B d'un 45 tours dont le titre phare était un hymne pour l'équipe de foot du Cameroun à l'occasion de la Coupe d'Afrique des Nations.

Repéré par des DJs new-yorkais, le titre a connu mille vies. Manu Dibango avait même accusé Michael Jackson de plagiat sur un morceau de l'album "Thriller". Un accord financier avait finalement été trouvé. 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Le manager du village SOS d’Aboisso plaide pour plus d’engagement envers sa structure

Les éléments des forces de défense et de sécurité (FDS( veulent améliorer leurs relations avec la population de Tiébissou par le sport

L’ONG Care International expose ses actions en faveur des communautés rurales de Soubré

Le ministre Siandou Fofana fait don de 300 kits alimentaires aux veuves du quartier Sodeci à Agnibilékrou

La commission régionale du Conseil national des droits de l’homme de Côte d’Ivoire (CNDH-CI) sensibilise la population de Soko à la cohésion sociale

Publicite
Publicite