Alassane Ouattara : Le Plan National de Développement, une rupture avec les modèles de gestion du passé.
0
 

Écouter
Alassane Ouattara : Le Plan National de Développement, une rupture avec les modèles de gestion du passé.

Alassane Ouattara : Le Plan National de Développement, une rupture avec les modèles de gestion du passé.

Didir N\'Doli|d.ndoli@rti.ci | Lu 1383 fois | Publié

C\'est ce mardi 04 Décembre 2012, à la Représentation de la Banque Mondiale à Paris que le Chef de l’Etat Alassane OUATTARA a présidé la cérémonie d’ouverture de la réunion sur le financement du Plan National de Développement (PND) de la Côte d’Ivoire pour la période 2012-2015.

En présence du Premier Ministre, Daniel Kablan DUNCAN, d’une douzaine de membres du gouvernement ivoirien, des Représentants des Institutions de financement internationales, du Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations unies en Côte d’Ivoire, Bert KOENDERS et de nombreux Diplomates ainsi que plusieurs ONG et des partenaires au Développement, Le Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, a éloquemment ouvert la réunion sur le financement du Plan National de Développement (PND) de la Côte d’Ivoire pour la période 2012-2015. A l’entame de son intervention, Le Président Alassane OUATTARA, a d’abord indiqué qu’il est convaincu que les résultats de cette rencontre répondront aux espoirs du peuple ivoirien, avant de faire l’état des lieux au moment de son avènement au pouvoir d’Etat, il y a dix huit (18) mois. Cette période a été marquée par l’effondrement de l’Etat. Aussi, sa mission a-telle consisté à tout reconstruire, tout reprendre, notamment par la remise en marche de l’Etat et de ses Institutions ; la reforme de l’Armée ; la réorganisation du système de sécurité. a -t-il indiqué. Positif, c'est ce qu'on peut dire du bilan partiel après un an et demi de gestion, de l’avis du Chef de l’Etat, à en juger par les progrès notables accomplis dans divers domaines. En effet, les Institutions de l’Etat, notamment l’Assemblée Nationale, fonctionnent et les élections municipales et régionales sont prévues pour février 2013 ; un nouveau gouvernement, avec une feuille de route précise, vient d’être formé. De plus, selon le Président de la République, le gouvernement œuvre chaque jour à la consolidation de la démocratie et de l’Etat de droit. La Côte d’Ivoire avance dans un climat de plus en plus apaisé dans la mesure où la majorité des Ivoiriens se retrouvent chaque jour dans le grand mouvement de réconciliation nationale. Le pays est également en pleine reconstruction dans les domaines des infrastructures, de la santé, de l’Education, de l’Agriculture, de l’électricité et de l’énergie, etc. Au plan économique, le Chef de l’Etat a souligné que le pays est en train est en train d’écrire une nouvelle page de son histoire. La dette extérieure de la Côte d’Ivoire ne représente plus que 18% du PIB après l’atteinte du PPTE. Le taux de croissance qui est actuellement de 8% sera porté à 2 chiffres dès 2014. Le PND, représente une rupture avec les modèles de gestion du passé. Sa mise en œuvre permettra d’atteindre une croissance forte et soutenue, qui induira notamment la création d’emplois, surtout pour les jeunes et les ex- combattants. Selon le Président de la République, l’objectif du PND est de réduire de moitié à l’horizon 2015, le taux de pauvreté qui est actuellement de 50%. Tout ceci pour faire de la Côte d’Ivoire, un pays émergent à l’horizon 2020. Dans ce sens, le Chef de l’Etat a tenu à rassurer l’ensemble des partenaires au développement sur sa ferme volonté de maîtriser les dépenses publiques et l’endettement extérieur, de même qu’il a promis de poursuivre la bonne gouvernance, la lutte contre la corruption et l’impunité. Pour terminer, le Président Alassane OUATTARA a exhorté la Communauté internationale à soutenir le pays, car selon lui ''investir en Côte d’Ivoire, c’est investir dans la sous région, un potentiel marché de 300 millions d’habitants''. En sa qualité de Président en exercice de la CEDEAO, il a réaffirmé sa foi en l’intégralité sous régionale et a demandé le soutien de tous pour enrayer le terrorisme, le grand banditisme ainsi que les trafics de drogue et d’armes. Il faut aussi noter qu'avant le chef de l'Etat, plusieurs intervenants se sont succédés à la tribune pour réaffirmer l’engagement de leurs Institutions aux côtés de la Côte d’Ivoire.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

La Côte d’Ivoire honorée de recevoir la princesse Sarah Zeid de Jordanie (Ministre)

Les sources de conflits intercommunautaires identifiées dans la localité d’Anyama

Une séance de prévention de conflits intercommunautaires initiée à Anyama

Des coopérateurs d’Oumé formés à la maîtrise des techniques de conditionnement du cacao

Les agents des Eaux et Forêts sensibilisés à la préservation de la forêt dans l’ouest montagneux