Prêt de 250 milliards de FCFA de la Chine à la Côte d'Ivoire à 2% par an pour un barrage à Soubré.
0
 

Écouter
Prêt de 250 milliards de FCFA de la Chine à la Côte d'Ivoire à 2% par an pour un barrage à Soubré.

Prêt de 250 milliards de FCFA de la Chine à la Côte d'Ivoire à 2% par an pour un barrage à Soubré.

Ouattara Lacinan / o.lacinan@rti.ci | Lu 1300 fois | Publié

La Chine à travers Eximbank a octroyé un prêt de plus de 250 milliards de FCFA soit 500 millions de dollars à la Côte d’Ivoire pour la réalisation d\'un projet d’aménagement hydro-électrique dans la région de Soubré (Sud-ouest.)

Le projet, d'un coût global de 331 milliards de FCFA ,est financé à hauteur de 85% par la Chine. Les 15% seront mobilisées par la Côte d’Ivoire aux dires de Daniel Kablan Duncan, Chef du Gouvernement. La partie ivoirienne remboursera cet important prêt avec un taux de 2% par an sur 20 ans avec une grâce de 9 ans. La signature de cet accord de prêt a eu lieu ce mercredi à Abidjan la capitale ivoirienne. En attendant le démarrage effectif des travaux de l’ouvrage en 2013 et la pose de la première pierre du projet en février prochain par le président ivoirien Alassane Ouattara, le premier ministre a précisé que la construction du barrage de Soubré a nécessité la mobilisation de 281 milliards de FCFA et 50 milliards de FCFA pour les mesures environnementales. La réalisation du projet qui profitera également aux pays de la sous-région en vue d’absorber leur déficit en matière d’électricité va durer plusieurs années. Le barrage hydro-électrique de Soubré aura une puissance de 275MW et un productible annuel d’environ 1100 GWH.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Macron: les feux en Amazonie constituent une "crise internationale"

Brésil: des feux en Amazonie déclenchent une tempête anti-Bolsonaro

Afrique du Sud: Ramaphosa défend sa campagne controversée pour la présidence de l'ANC

Ghana: "l'Année du retour" attire les touristes afro-américains

L'Indonésie bloque internet en Papouasie pour contenir les émeutes