Internet : libération des deux membres de la famille royale du Koweït arrêtés pour des Tweets
0
 

Écouter
Internet : libération des deux membres de la famille royale du Koweït arrêtés pour des Tweets

Internet : libération des deux membres de la famille royale du Koweït arrêtés pour des Tweets

charentelibre | Lu 1079 fois | Publié

Les deux membres de la famille royale du Koweït, arrêtés cette semaine pour des tweets critiques envers le gouvernement et favorables à l\'opposition, ont été libérés, a-t-on appris samedi auprès de différentes sources. Cheikh Abdallah Salem Al-Sabah a été libéré vendredi tard et cheikh Nawaf Malek Al-Sabah samedi après-midi.

"Je leur (la police) ai demandé de me transférer devant le parquet pour que je puisse me défendre des accusations effroyables (portées contre moi), mais ils ont insisté pour que je signe un engagement (selon lequel il ne réitérerait pas de tels propos, ndlr) et ils m'ont libéré" vendredi soir, a indiqué cheikh Abdallah sur le réseau social Twitter. L'avocat du cheikh Nawaf, Khaled al-Suwaifan, a indiqué samedi que son client avait été libéré sans donner plus de détails. Petit-fils du demi-frère de l'émir, cheikh Abdallah avait été arrêté mercredi, tandis que cheikh Nawaf avait été arrêté le lendemain. Cheikh Abdallah a affirmé avoir été interrogé par les services de renseignement de la police au sujet d'accusations d'insulte à l'émir, cheikh Sabah al-Ahmad Al-Sabah, et d'incitation à l'opposition contre le régime. Ces membres de la famille royale ont écrit sur Twitter de courts messages de soutien à l'opposition au Koweït, qui organise régulièrement des rassemblements pour protester contre un amendement controversé de la loi électorale de ce riche émirat pétrolier du Golfe. L'opposition affirme que cet amendement permettrait au gouvernement de manipuler les élections législatives anticipées prévues le 1er décembre. Quelque 150 manifestants et 24 policiers ont été blessés durant trois manifestations organisées ces deux dernières semaines par l'opposition, qui appelle à un nouveau rassemblement dimanche. En juillet, un jeune membre de la famille royale avait été placé en prison quelques jours pour avoir exprimé des convictions politiques jugées choquantes.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 

En continu

Des militaires sensibilisés sur les droits de l’homme à Bouaké

La troisième édition du forum de la diaspora prévue mi-juillet

La société civile célèbre la journée internationale de lutte contre l’abus et le trafic de drogue

Ibn Chambas prône des élections apaisées en 2020 pour consolider la paix

Un individu mis aux arrêts pour violence sur des gendarmes à Téhin

Les plus lus