Le porte-parole de Gbagbo libéré sous caution au Ghana (tribunal)
0
 

Écouter
Le porte-parole de Gbagbo libéré sous caution au Ghana (tribunal)

Le porte-parole de Gbagbo libéré sous caution au Ghana (tribunal)

AFP | Lu 1174 fois | Publié

Un tribunal d\'Accra a annoncé avoir accordé mardi la liberté sous caution au porte-parole de l\'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo, Justin Kone Katinan, détenu au Ghana et dont Abidjan réclame l\'extradition.

"Il est très probable que la procédure (d'extradition) soit retardée et par conséquent je vais accorder à l'accusé la liberté sous caution", a dit le juge Aboagye Tandoh. Détenu depuis août au Ghana où il s'était réfugié avec des milliers d'autres fidèles de l'ex-président ivoirien, M. Koné Katinan est visé par un mandat d'arrêt international, émis par Abidjan. Il est accusé de "crimes économiques" en tant que ministre du Budget durant la crise née du refus de Laurent Gbagbo de céder le pouvoir après sa défaite électorale face Alassane Ouattara en décembre 2010. Cette crise achevée en avril 2011 a fait quelque 3.000 morts. La caution a été fixée à 50.000 cedis (26.000 dollars, 20.000 euros) et doit se signaler aux autorités ghanéennes toutes les deux semaines, a ajouté le magistrat. Les avocats de M. Koné Katinan ont déclaré à la presse que son passeport restait entre les mains de la sécurité nationale ghanéenne. Ils affirment aussi qu'il ne peut pas être extradé vers la Côte d'Ivoire car il bénéficie du statut de réfugié au Ghana. Le juge Tandoh a assuré que les droits de M. Koné Katinan seraient respectés.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Les cadres du Bounkani invités à s’impliquer dans la sensibilisation auprès des populations pour les déclarations de naissance

Les cadres du Bounkani invités à s’impliquer dans la sensibilisation auprès des populations pour les déclarations de naissance

Kani : Un instituteur tué dans une collision entre deux motos

13 bouchers et six braiseurs de viande agréés à Séguéla

Zimbabwe: arrestation de quatre militants des droits de l'Homme