Accusé par un média d’être au centre d'un trafic de cocaïne, le Ministre Hamed Bakayoko décide de porter plainte.
0
 

Écouter
Publicite
Accusé par un média d’être au centre d'un trafic de cocaïne, le Ministre Hamed Bakayoko décide de porter plainte.

Accusé par un média d’être au centre d'un trafic de cocaïne, le Ministre Hamed Bakayoko décide de porter plainte.

RTI Info / Boris Odilon BLE | Lu 5907 fois | Publié

"J’ai décidé de porter plainte contre Messieurs Ibekwe Nicholas, Daan Bauwens et les relais", annonce Hamed Bakayoko dans un communiqué publié ce lundi 8 juin 2020 sur sa page Facebook. Le Ministre ivoirien de la Défense entend donner une suite judiciaire aux articles des journalistes cités, parus dans le média Vice, dans lesquels il est présenté comme "un baron de la drogue".

Dans une série d’articles publiés entre le 27 mai et le 05 juin, les journalistes nigérian Ibekwe Nicholas et belge Daan Bauwens, ont diffusé leurs investigations sur le commerce de la cocaïne en Afrique de l’Ouest. "Comment votre conso de coke fout la merde en Afrique de l’Ouest" est le titre qu’ils ont donné à leur enquête publiée via le média canadien Vice. Les journalistes disent s’être rendus en Côte d’Ivoire, et affirment que le port d’Abidjan est un maillon indispensable du réseau de la mafia italienne. Ils vont plus loin, écrivant que d’après les renseignements d’un agent des services secrets français, le Ministre Hamed Bakayoko est "un pion central dans le trafic de cocaïne". Affirmations que Hamed Bakayoko qualifie d’"insinuations extrêmement graves et diffamatoires".


"Dans mes charges de Ministre de la sécurité en Côte d’Ivoire pendant plus de 07 ans et celles actuelles de la Défense, les résultats obtenus dans la lutte contre la drogue sont mondialement reconnus. Ces actions qui se sont soldées par de nombreuses arrestations, saisies et démantèlements de réseaux mafieux, ont valu des félicitations internationales à la Côte d’Ivoire", ajoute Hamed Bakayoko. Le Ministre d'Etat a fustigé une cabale contre sa personne.

"Je dénonce cette orchestration grossière ourdie par des commanditaires dont le dessein n’échappe à personne", a dit le maire d’Abobo avant de conclure en disant "dans mon pays, ma réputation est faite, elle est pure et sans tache, n’en déplaise aux aigris et aux conspirateurs".

 

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Une marche silencieuse au lycée Sainte Marie en mémoire des victimes du SIDA

La quinzaine des droits de l’Homme du CNDH débute par la célébration de la Journée mondiale de lutte contre le sida

La section du Regroupement des acteurs ivoiriens des droits de l’homme (RAIDH) relève les actions de prévention de la crise électorale à Aboisso

Une organisation déplore le refus des personnes vivant avec le VIH de fréquenter les hôpitaux à cause du Covid-19

Un fonds de 20 milliards FCFA pour le développement des petites et moyennes entreprises (PME) ivoiriennes

Publicite
Publicite