Les deux enseignants victimes de violences à San Pedro toujours en vie et en bonne santé.
0
 

Écouter
Les deux enseignants victimes de violences à San Pedro toujours en vie et en bonne santé.

Les deux enseignants victimes de violences à San Pedro toujours en vie et en bonne santé.

AIP | Lu 1089 fois | Publié

Contrairement à des rumeurs persistantes relayées dans la ville de San Pedro par des SMS envoyés sur les portables et annonçant le décès d’un des deux enseignants bastonnés successivement samedi et mardi, par des gendarmes, les deux victimes se sont présentées vendredi, à une rencontre initiée par la préfecture de région avec les représentants des différents acteurs de la crise pour démentir ces rumeurs et appeler au calme.

Dans la salle de réunion de la préfecture de région, cadre de cette rencontre, l’enseignant annoncé pour mort, Yéo Nababin, professeur de SVT au lycée Inagohi de San Pedro, a déclaré être en bonne santé et avoir bénéficié d’une bonne prise en charge médicale assurée par les autorités de la ville, qui ont été constamment à ses côtés depuis que l’affaire a été portée à leur connaissance. Il a remercié les syndicats d’enseignants et les élèves pour leur solidarité à son égard.

« Je me porte bien et mon souhait est que la situation s’apaise et que nous allions tous dans le sens de la paix, afin de préserver l’intérêt commun, l’école et la gendarmerie », a exhorté Yéo Nababin. Le second enseignant victime de bastonnade, N’Goran Michel, instituteur à l’EPP San Pedro Cité I, est allé dans le même sens que son confrère, notant qu’après trois jours d’hospitalisation, il se porte assez bien. Il a également salué la solidarité de tous et invité au calme.

Le Directeur régional de l’éducation nationale, Kouamenan Bosson Albert, le porte-parole de la société civile, Dr Camara, le représentant des syndicats d’enseignants, Dosso Mominin Daniel, et le préfet de police de San Pedro, Seydou Ouattara, ont également appelé à l’apaisement et invité à la table de négociations les enseignants actuellement en grève depuis lundi, afin de favoriser une reprise des cours lundi, dans le calme.

Les SMS envoyés invitaient les élèves et la population à manifester violemment lundi avec « des lance-pierres, des allumettes et du pétrole ». Le préfet de police a souligné que « les auteurs de ces SMS ne sont pas des élèves ni des enseignants, mais des personnes tapies dans l’ombre qui veulent profiter des circonstances pour semer le désordre », pour ensuite en profiter pour aller casser des magasins, voler, afin d’avoir de quoi faire les fêtes de fin d’année qui approchent. Il a insisté pour que les uns et les autres soient vigilants.

L’organisateur de la rencontre, le sous-préfet central de San Pedro, Koné Kapié, a réitéré l’appel au calme, et rassuré les enseignants qu’une rencontre du préfet de région avec les syndicats aura lieu ce jour pour aplanir tous les différends, afin d’avoir une reprise sereine des cours lundi.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Une convention signée pour l’achat de 200.000 tonnes de noix de cajou origine Côte d’Ivoire

Affaire disparition de sexe dans le Bounkani: Des émissaires du Médiateur de la République aplanissent les tensions à Bouna

Des quartiers de Bouaflé bientôt bénéficiaires du projet d’extension et de renforcement du réseau électrique

Un groupe vietnamien veut implanter une usine de transformation de l’anacarde en Côte d’Ivoire

Golan: la position de Trump met la région au bord "d'une nouvelle crise" (Erdogan)