La mine d’or de Tongon bloquée par une grève depuis bientôt 10 jours
0
 

Écouter
La mine d’or de Tongon bloquée par une grève depuis bientôt 10 jours

La mine d’or de Tongon bloquée par une grève depuis bientôt 10 jours

AIP | Lu 13775 fois | Publié

Un arrêt de travail déclenché par les employés d’un sous-traitant paralyse depuis une dizaine de jours les activités de la mine d’or de Tongon, l’une des plus importes du pays, située près de M’bengué, dans le Nord du pays.

Environ 600 d’employés de la Tongonnaise des mines (Tomi) qui soustraite avec l’exploitant Randgold CI, ont débrayé le mercredi 17 janvier pour réclamer le paiement d’un bonus de 500 000 fCFA, à l’instar de ce que Randgold CI a versé à ses employés en fin d’année.

« C’est nous qui alimentons le crusher qui broie le gravier d’où est extrait tout l’or de Randgold. Il n’y a pas de raison que nos camarades de Randgold perçoivent un bonus de rendement et qu’on ne nous en donne pas », justifie O.S. un manifestant rencontré par l’AIP.

Les négociations entamées par les autorités administratives et traditionnelles sont dans l’impasse, a confié le préfet de la localité, Djiké Claude Raymond, joint par téléphone jeudi matin par l’AIP.

Selon lui, le déclenchement du mouvement n’a pas respecté les procédures et règles en vigueur.

La gendarmerie a été déployée sur place pour sécuriser les installations de l’usine. Aucun incident n’a été signalé. « Nous n’avons pas d’intérêt à abimer le matériel car nous savons qu’à la fin de la grève, on reviendra travailler dessus », rassure O.S.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Mozambique: un nouveau journaliste arrêté dans le Nord menacé par les islamistes

Niger: deux officiers tués par des trafiquants de drogue dans le nord

Grande Bretagne/Brexit : trois députés annoncent leur démission du Parti conservateur

Des comités de surveillance préconisés pour mettre fin aux agressions à la machette à Odienné

145 policiers formés comme animateurs relais sur les violences basées sur le genre (VBG) à l’intérieur du pays