Trois ans de prison ferme pour le manchot violent de Bouna
0
 

Écouter
Trois ans de prison ferme pour le manchot violent de Bouna

Trois ans de prison ferme pour le manchot violent de Bouna

AIP | Lu 3838 fois | Publié

Kafando Amadou alias Ninda, un manchot âgé de 42 ans, a été condamné mercredi par la section de tribunal de Bouna à trois ans de prison ferme pour menace verbale de mort proférée à dame Barry Maïmouna, au quartier Nitroi de Bouna.

Selon l’exposé des faits, Kafando Amadou avait appris auprès de ses amis que Maïmouna le diffamait. Elle le traitait de drogué, de soûlard et de véritable inconscient. Pourtant, explique-t-il, il n’existe aucune relation entre eux, seulement les deux habitent le même quartier, Nitroi.

Informé des ces propos qu’il juge dégradant pour son image, Kafando ne digère pas cette « foutaise » de la jeune dame âgée de 24 ans. Depuis lors, il suis au plus près tous les mouvements de Maïmouna et ce, avec une machette dont il a pris soin d’aiguiser. Ne pouvant plus supporter sa fureur, il finit par débarquer chez Mlle Barry.

Cette dernière qui s’apprêtait à démarrer sa moto entend des pas étranges dans son dos. Lorsqu’elle voulut se retourner, c’est une violente volée de machette qui la rate de justesse au niveau du cou. Elle tombe de la moto et court en hurlant, alertant le voisinage.

Furieux, Kafando persiste dans la violence. Ayant raté la jeune dame, il s’en prend à sa moto avec une animosité surprenante, perfore toutes les roues et saccage la moto, déchiquetant les sièges et les accessoires.

Maîtrisé au sol, il est conduit au poste de police par des jeunes du quartier.

Outre les 36 mois d’emprisonnement ferme, il devra payer la somme de 300 000 FCFA à titre d’amende. Quant à la victime, Maïmouna Barry, elle ne s’est pas constituée partie civile. Elle entend elle-même réparer sa moto.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Des étudiants de l’Université Alassane Ouattara ont pris part à une formation sur les instruments de lutte contre la torture

Des élèves du secondaire public et privé de plusieurs localités vident les salles de classes pour réclamer des congés anticipés

Togo: un nouveau mort par balle dans les affrontements avec les forces de l'ordre (Amnesty International

Le VIH/SIDA est une réalité dans le Gbêke avec plus 18.000 personnes infectées

Abengourou : Sit-in des fonctionnaires et agents de l’administration territoriale à la sous-préfecture