Déguerpissement de la voie principale menant au CHR de Man
0
 

Écouter
Déguerpissement de la voie principale menant au CHR de Man

Déguerpissement de la voie principale menant au CHR de Man

AIP | Lu 972 fois | Publié

La mairie de Man a procédé au déguerpissement des commerçants et des taxis installés de façon anarchique sur la voie principale menant au Centre hospitalier régional (CHR), en passant par le grand marché, a constaté l’AIP.

Comme prévu par le maire de Man, Aboubakar Fofana, la police municipale, l’Assistance gardiennage et sécurité (AGS), tous sont au four et au moulin depuis lundi pour réguler la circulation et vérifier si les mesures prises en compte pour libérer le trottoir, sont respectées par les commerçants.

«Nous avons commencé l’opération de nettoyage et de libéralisation des espaces de la voie du marché. D’abord nous avons  placé les premiers assauts de sécurité pour limiter les espaces. Ensuite nous avons installé un groupe d’agents de l’AGS à l’entrée desdits assauts  pour diriger les usagers. Un autre groupe a investi la voie pour vérifier si les limites sont respectées par les commerçants », a expliqué le chargé de la sécurité du marché, Diomandé Ismaël.

Il a ajouté, en outre que l’opération va se poursuivre jusqu’à à la fin de la mise en place des assauts de sécurité.,Ce dispositif  permettra à terme de dissocier le trottoir de l’axe principal, en vue de libérer définitivement la voie du CHR, de ses taxis et vendeurs ambulants.

Toutefois, cette situation réjouit certains tout en attristant d’autres. « Nous ne sommes pas contre les décisions de la mairie pour mettre de l’ordre sur la voie de l’hôpital. Mais nous demandons qu’on nous reloge dans un autre endroit. Car c’est ici que nous avons toujours vendu et nous sommes connus sur cette voie. Nous espérons que la municipalité pensera à nous », souhaite dame Djénéba,vendeuse fruits et légumes.

«Nous saluons cette décision. Car avant, le désordre qui régnait sur cette voie laissait à désirer. Nous avons connu plusieurs désagréments à cause de l’envahissement des commerçants ambulants qui déambulaient n’importe comment. Aujourd’hui, les devantures des magasins sont libres, les voitures peuvent circuler librement et nous pouvons recevoir nos clients sans souci », fait savoir pour sa part  le vendeur de pièces détachées, Bakayoko Abdoulaye.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Algérie: les opposants à un 5e mandat de Bouteflika appelés au calme

Grève dans le principal port du Soudan sur fond de crise économique

Zimbabwe: Mnangagwa réassigne 4 généraux à des postes diplomatiques

Arrêté pour corruption, le fils de l'ex-président du Mozambique reste en prison

Le port de San Pedro et Afrique pesage CI engagés à appliquer le règlement 14 de l’UEMOA