Prétendue photo de la dépouille de DJ Arafat sur les réseaux sociaux : la Police sur les traces des cybercriminels.
0
 

Écouter
Prétendue photo de la dépouille de DJ Arafat sur les réseaux sociaux : la Police sur les traces des cybercriminels.

Prétendue photo de la dépouille de DJ Arafat sur les réseaux sociaux : la Police sur les traces des cybercriminels.

RTI Info/Boris Odilon BLE | Lu 37949 fois | Publié

La police nationale à travers la Direction de l'Informatique et des Traces Technologiques (DITT), a été saisie par Ivoire Sépulture (IVOSEP) afin de mener une enquête sur la « prétendue photo de la dépouille de DJ Arafat » qui circule depuis le dimanche 18 août sur les réseaux sociaux. Indexée à travers de nombreuses publications, la société de pompes funèbres n’a jamais répondu.

« Nous ne voulons pas rentrer dans la polémique » affirme Jean Marc Affian, directeur d’exploitation d’IVOSEP.

En effet, face à la vague d’accusations dont elle a été victime, IVOSEP a décidé de s’en remettre à la justice en portant plainte contre X. Sur place ce lundi 19 août 2019, nous avons rencontré des agents de la DITT. Ces derniers n’ont pas voulu répondre aux questions, priorité à l’enquête.

Dans la cour de l’entreprise de pompes funèbres, un ballet incessant de visiteurs venus pour espérer voir la dépouille du célèbre artiste pour enfin se rendre compte de sa disparition. Mais personne n’y aura accès.

« On ne donne pas l’accès au corps au premier venu. Il faut l’accord des responsables du corps. Vous pouvez être une personne très proche de la victime et vous voir refuser son accès. Ça a toujours été ainsi », insiste M. Affian.

>>> A voir aussi: Décès du "Roi du Coupé-décalé" DJ Arafat : Une grosse perte pour la culture ivoirienne. Des milliers de fans inconsolables.

Le mercredi 14 août 2019, l’accès à la dépouille a été accordé aux parents de l’artiste en présence du responsable du corps (qui est un membre de la famille biologique) dans le respect des procédures de la société de pompes funèbres, selon l’entreprise.

Sabotage ou pas? Pour l’heure, personne ne peut ni confirmer que les images circulant sur les réseaux sociaux sont du célèbre DJ, ni indiquer leur provenance. Seuls les résultats de l’enquête pourront éclairer l’opinion publique et situer les responsabilités.

Néanmoins, une question reste sur toutes les lèvres : que gagne-t-on à publier des images de personnes décédées sur les réseaux sociaux ? La quête effrénée de « buzz » a-t-elle tué en l'ivoirien tout humanisme ?

 

Boris Odilon BLE
@BorisBle

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Les Tunisiens confient un mandat clair à Saied pour revitaliser la jeune démocratie

Trump prêt à "détruire l'économie turque" si Ankara ne change pas d'attitude en Syrie

L'ONG Echo Médias envisage une campagne nationale de promotion du dépistage et du diagnostic précoce du cancer du sein

Des femmes de médias africains renforcent leurs capacités sur le leadership féminin à Rabat au Maroc

Des populations de Tanda sensibilisées sur l’apatridie par le Haut commissariat des nations unies pour les réfugiés (UNHCR)