Plus de 65 millions de FCFA de l’UE pour la protection d’une forêt Ivoirienne
0
 

Écouter
Publicite
Plus de 65 millions de FCFA de l’UE pour la protection d’une forêt Ivoirienne

Plus de 65 millions de FCFA de l’UE pour la protection d’une forêt Ivoirienne

APA | Lu 4879 fois | Publié

L'Union européenne et l’Organisation des Nations Unies pour l’agriculture (FAO) ont à travers la Wild Chimpanzee Foundation (WCF), octroyé un financement de 65 millions FCFA à la Côte d’Ivoire pour la réalisation d’une étude pilote sur la mise en œuvre de l’Observation indépendante mandatée (OIM) de l’aménagement forestier à Taï dans l'ouest ivoirien.

Cette somme servira à la forêt classée de Taï dans la région du Cavally située à 500 km à l'Ouest de la Côte d'Ivoire.Cette forêt est classée patrimoine mondial de l'UNESCO. L'Observation est une approche consistant à recueillir des informations crédibles et vérifiables issues d'enquêtes de terrain sur l'application des lois forestières et les problèmes liés à la gouvernance. « Ces informations seront utilisées pour enseigner les gouvernants sur les infractions observées et les défaillances constatées dans le système de suivi ou contrôle des activités forestières et ainsi les encourager à prendre des mesures qui s'attaquent directement aux problèmes identifiés tels que les grumes non marquées », a expliqué à APA Virginie Vergnes, responsable de programme de gestion durable des forêts de Wild Chimpanzee Foundation. Par ailleurs, la Société de développement des forêts (Sodefor) et la WCF ont signé une convention de partenariat reconnaissant le rôle d'observateur indépendant de cette Ong. « Cette convention donne mandat à la WCF de mener des missions d'Observation indépendante mandatée (OIM) dans la forêt classée du Cavally et lui garantit l'accès aux missions d'observation des activités forestières lors des missions sur le terrain qui permettra de relever les indices », a poursuivi Virginie Vergnes. Selon le Directeur de la Sodefor, Mamadou Sangaré, l'objectif de cette convention vise à faire en sorte que « nos ressources forestières soient bien gérées et durablement". « Notre satisfaction est la mutualisation des moyens. Avec cette convention, il y a un appui dont bénéficie la Sodefor, mais le plus gros enjeu est d'arriver à la traçabilité de nos produits », a ajouté M. Sangaré. En juin 2013, le gouvernement ivoirien avait entamé des négociations de l'Accord Partenariat Volontaire de l'Application des Réglementations Forestières, Gouvernance et Echanges Commerciaux (FLEGT) avec l'Union Européenne. En 1960, l'étendue de la forêt ivoirienne était de 20 millions d'hectares contre moins de 3 millions aujourd'hui. La forêt classée du Cavally compte 64.000 hectares et est visitée quotidiennement par une centaine de personnes.
Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Coronavirus: le Premier ministre d'Eswatini en Afrique du Sud pour des soins

Soudan: l'arrivée des réfugiés provoque un déboisement massif

Tchad: des radios cessent d'émettre après l'arrestation de journalistes et opposants

Algérie: trois islamistes armés tués (ministère de la Défense)

Insécurité en RDC: l'ONG Médecins sans frontières (MSF) se retire d'un territoire à l'Est

Publicite
Publicite