Hausse de 7,2% des tarifs de transfert d’argent : Le gouvernement veut sévir
0
 

Écouter
Hausse de 7,2% des tarifs de transfert d’argent : Le gouvernement veut sévir

Hausse de 7,2% des tarifs de transfert d’argent : Le gouvernement veut sévir

Issouf Kamagaté | Lu 3396 fois | Publié

A l’issue du Conseil des ministres de ce mercredi 27 février, le Porte-parole du gouvernement ivoirien, Sidi Tiémoko Touré a annoncé des sanctions contre les opérateurs de transfert d’argent, qui continueront d’appliquer la taxe de 7,2% sur les opérations de transfert d’argent, a appris RTI Info.

Une réaction suscitée par des sms que les opérateurs de téléphonies ont envoyé à leurs clients le 25 février, les informant de l’application de nouvelles taxes sur les transactions de transfert, conformément à l’annexe fiscale 2019.

Malgré l’avis de la Direction générale des Impôts (DGI), expliquant que l’article 12 de l’Annexe fiscale 2019 n’institue aucune charge nouvelle sur les transferts d’argent à la charge des consommateurs, les compagnies de téléphonie ont déjà commencé à appliquer les nouvelles commissions au grand dam des clients.

A lire aussi : "Economie numérique: Augmentation des frais de transfert d'argent, les acteurs du secteur s'expliquent."

"Ces différentes entreprises qui pratiquent ces mesures non autorisées seront sanctionnées à la mesure de l’infraction", a pour sa part menacé le porte-parole du gouvernement, tout en espérant que le communiqué de l’Autorité de régulation des télécommunications/Tic de Côte d’Ivoire (ARTCI) et la réaction de la DGI puissent faire fléchir ces opérateurs.

 

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Gouvernement en RDC: Tshisekedi demande des "réglages" au Premier ministre

Trump affiche sa complicité avec Johnson sur le Brexit au sommet du G7

Amazonie: le G7 d'accord pour "aider au plus vite les pays frappés" (Macron)

Afrique du Sud: Buthelezi abandonne le leadership du parti zoulou après 44 ans

2439 cartons contenant 35.880 terminaux portables, dont des cellulaires et tablettes, ont été saisis par les douanes ivoiriennes au cours d'une saisie