La Turquie confirme le retrait des combattants kurdes d'une ville syrienne frontalière (ministère)
0
 

Écouter
Publicite
La Turquie confirme le retrait des combattants kurdes d'une ville syrienne frontalière (ministère)

La Turquie confirme le retrait des combattants kurdes d'une ville syrienne frontalière (ministère)

AFP | Lu 4912 fois | Publié

La Turquie a annoncé dimanche que des combattants kurdes se retiraient de la ville syrienne frontalière de Ras al-Aïn en vertu d'un accord de trêve négocié par les Etats-Unis.

"Un convoi d'environ 55 véhicules est entré dans Ras al-Aïn et un convoi de 86 véhicules en est parti en direction de Tal Tamr", indique un communiqué du ministère turc de la Défense, qui a également diffusé des images de l'évacuation.

Après des discussions jeudi avec le vice-président américain Mike Pence, la Turquie a accepté de suspendre son offensive militaire dans le nord de la Syrie pendant cing jours pour permettre aux forces kurdes de se retirer de la zone frontalière, dont Ankara veut faire une "zone de sécurité", et de mettre fin à l'offensive si les Kurdes respectaient ces obligations.

Le président turc Recetp Tayyip Erdogan a menacé de reprendre les hostilités si les combattants kurdes ne se retiraient pas.

"Il n'y a absolument aucun obstacle au retrait" des forces kurdes et "les activités de retrait et d'évacuation de la région sont fermement coordonnées avec nos homologues américains", a encore affirmé le ministère de la Défense turc.

Les forces turques et kurdes se sont mutuellement accusées de violer la trêve.

Cet article vous a plu ! Partagez-le maintenant

A lire également

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

En continu

Plus de 5 milliards FCFA de budget primitif 2021 pour la région de San Pedro

La pandémie du nouveau coronavirus a fait au moins 1.519.213 morts dans le monde depuis son apparition fin décembre 2019

Mali: le colonel Malick Diaw élu à la tête du Conseil national de transition (AFP)

L'Arabie saoudite affirme que ses alliés sont d'accord pour résoudre la crise du Golfe

Sahara occidental: la situation reste confuse après la rupture du cessez-le-feu

Publicite
Publicite